Témoignage d’une pratique de pleine conscience en classe.

Nous trouvons dans le livre de Jonn et Myla Kabat-Zinn (A chaque jour ses prodiges – Editions les Arènes – traduction française 2012), le témoignage d’une expérience menée pendant six ans avec une classe primaire aux Etats Unis dans les années 1990 par une enseignante novatrice dans le domaine, Cherry Hamrick. En voici quelques extraits

Une pratique quotidienne : "Chaque jour, elle offrait aux enfants un temps pour se concentrer sur ce qui se passe à l’intérieur. Elle parlait d’un moment pour devenir intime avec soi-même."

Ce qu’elle proposait aux enfants : "Chaque jour un enfant est chargé de sonner la cloche pour signaler le début et la fin de cette période de calme.  C’est lui qui décide pendant combien de temps les autres resteront tranquilles, à l’écoute de leur respiration (jamais plus de dix minutes). Les élèves choisissent combien de temps ils pratiquent, et comment". Outre la méditation assise, ils pratiquent parfois le scan corporel et l’étirement en pleine conscience, la méditation en marchant dans la cour, la méditation debout, en rang, avant d’entrer dans la classe. Ces exercices de réduction du stress, qui leur semblaient bizarres au début, sont devenus une partie importante de leur journée…."

"Tout en se concentrant sur leur respiration, en suivant le mouvement de leurs pensées, ils apprennent qu’ils n’ont pas à réagir à chaque pensée qui leur vient à l’esprit, qu’ils n’ont pas à accompagner leur esprit dans le moindre de ses soubresauts. Avec un peu de pratique, ils finissent par être beaucoup plus à l’aise quand on leur demande de rester immobiles, en silence.

Effet sur un enfant souffrant d’hyperactivité : "Cet enfant qui avait toujours des problèmes en classe, parvint en cours d’année à rester calme sans trop de peine et à se focaliser  sur le flux de sa respiration pendant une période de dix minutes. sa capacité à se concentrer en classe fut transformée, et, pour la première fois, il fut accepté par ses camarades et par les enseignants. Il a même conduit une méditation assise de dix minutes pour la classe…"

Un outil précieux pour l’apprentissage et l’investissement scolaire : "Apprendre dés le plus jeune âge à entrer en contact avec le calme et le silence en soi-même, surtout si on l’apprend à l’école, de manière ouverte, non manipulatrice et non coercitive  est précieux pour contrebalancer la stimulation de la journée scolaire et son ouverture vers l’extérieur. Entre autres choses, les enfants peuvent découvrir comment utiliser leur capacité innée à entrer dans un état de concentration profonde, pour se focaliser sur le travail en cours."

La pleine conscience une manière d’être dans la relation au savoir : "Mlle Hamrick a non seulement introduit dans la classe la réduction du stress par la pleine conscience, elle a aussi intégrée la pleine conscience de façon imaginative à presque tous les aspects  du programme, les mathématiques, la grammaire, la science, la géographie. Elle encourage ses élèves à utiliser tout leur moi pour apprendre. Ils abordent chaque sujet de manière à développer non seulement leurs compétences cognitives, mais aussi leur intuition, leurs sentiments et leur corps. Ils apprennent ainsi les bases de ce que l’on appelle aujourd’hui l’intelligence émotionnelle, et acquièrent un plus grand enthousiasme pour l’apprentissage."

Une ambiance apaisée dans le temps de classe : Un collègue de Mlle Hamrick qui a passé du temps dans la classe de Mlle Hamrick lors de temps de travail en commun (classe ouverte) décrit cette ambiance. "L’attitude et le climat dans la classe étaient impressionnants, d’autant que je n’avais encore rien connu de tel. J’ai pris conscience du vocabulaire qu’elle employait pour décrire les choses….J’ai remarqué l’atmosphère paisible de la classe, où les élèves coopéraient et discutaient ensemble de leur travail. Ils étaient encouragés à parler, mais seule la prise de paroles en rapport avec le travail et avec le ressenti était permise. …Ils pratiquaient au quotidien l’expression de leurs sentiments. J’ai remarqué que l’amour-propre des élèves se développait, de même que leur respect de la vie humaine et de la vie en général…Les élèves semblaient réellement plus heureux dans la classe que je ne l’ai jamais observé moi-même. Ils savaient comment résoudre les conflits de manière affectueuse plutôt que de manière hostile…Mlle Hamrick apprenait aussi aux élèves à se concentrer et à entrer en contact avec leur propre respiration, à contrôler leur vie grâce à cette technique. Après quelques instants de préparation méditative le matin, ils semblaient capables de mieux travailler pendant la journée."

Il ressort de ce témoignage une implication forte et systématique de l’enseignante. Cela montre combien il est possible avec du temps et une pratique quotidienne de donner les moyens aux élèves d’être plus présent dans le temps de classe, d’être moins en tension dans la relation aux autres et d’être mieux en soi en apprenant à se connaître. Les enseignants qui s’engagent durablement dans cette pratique avec les élèves font les mêmes observations que celles du collègue de Mlle Hamrick.

3 réponses à “Témoignage d’une pratique de pleine conscience en classe.

  1. Ping : Témoignage d'une pratique de pleine conscience en classe. | La pleine Conscience | Scoop.it

  2. Ping : Témoignage d'une pratique de pleine conscience en classe. | Psychologie relationnelle | Scoop.it

  3. Ping : Témoignage d'une pratique de pleine conscience en classe. | Les amis de la pleine conscience | Scoop.it

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s