Autour du stress des enfants, rencontre-débat avec des parents.

Hier soir, à l’initiative du bureau d’APEL et du Chef d’établissement s’est déroulé une rencontre-débat avec une trentaine de parents d’une école maternelle et primaire.

Il n’est pas possible de détailler tous les points abordés au cours de cette soirée. Pour ma part, j’en retiens cinq :

Le première porte sur la question du sommeil, de sa nécessité pour le développement de l’enfant. Des conditions qui en facilitent sa venue : l’ambiance de calme nécessaire à la période qui le précède. Ce qui signifie d’éviter autant que faire se peut : les débats houleux, les émissions de télévision, le visionnage de films ou des jeux vidéos.

– La deuxième porte sur la présence à l’autre . Quand je suis avec mon enfant, j’y suis totalement. Je vis cet instant de la présence à l’autre dans l’ici et maintenant.  Je tâche de mettre à distance ce que l’on appelle le mental avec ses pensées parasites qui ne permettent pas de vivre pleinement l’instant.

– Le troisième porte sur le besoin de calme nécessaire à chacun. Il est reconnu que le bruit est un facteur conséquent d’augmentation du stress. D’où l’importance de se ménager dans la journée quelques moments dans le calme. Ce n’est pas une question de quantité mais de qualité à la présence à ces moments.

– Le quatrième porte sur l’excès de compétitivité que met en avant notre société actuelle. Nous sommes dans le culte de la performance.  Dans une société à visée humaniste il s’agit d’apprendre à l’enfant à donner le meilleur de lui pour lui même et pour les autres…et non pas à se battre contre les autres.

– le cinquième porte sur le rôle de la spiritualité dans le développement de la conscience, dans la connaissance de soi et la gestion de l’état de sur-stress. Autrement dit, est-ce qu’avoir une pratique spirituelle qu’elle soit laïque ou attachée à une religion identifiée permet de mieux traverser les moments difficiles de la vie. Il est reconnu aujourd’hui ; par les professionnels de la santé (je pense aux psychiatres – cf les travaux de C.André, de John Kabat Zinn), les chercheurs de tout ordre (neurologie, immunologie, psychologie…),   et les pratiquants  qui se questionnent dans ce domaine ; qu’une pratique qualifiée de spirituelle (méditation, contemplation, marche lente méditative, relaxation profonde, prière, retraite…) a des effets qui vont dans le sens d’une diminution des tensions psychiques internes, une respiration plus ample et plus profonde, une baisse de la tension artérielle, une augmentation de concentration sur l’instant présent….Effets traduisant une réduction des états de sur-stress.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s