Quand les politiques pratiqueront la pleine conscience !

A voir sur le site   de l’INREES un article remarquable : Quand les politiques méditeront…

Notre civilisation est en crise. Économique, financière, écologique, sociale, morale… Le monde marche sur la tête. Beaucoup de spécialistes s’accordent à dire que tout est à revoir. Et si c’était l’opportunité de faire émerger d’autres fondements, plus spirituels ? Quand les politiques méditeront chaque matin… Grand format.

En conclusion de l’article : Levier-clé : l’éducation« Il ne faut pas se demander seulement quelle planète on va laisser à nos enfants, mais quels enfants on va laisser à la planète ! plaide Edgar Morin. Nous avons été formés à penser le monde par morceaux. Pour traiter les problèmes qui nous assaillent, il faut nourrir les consciences de complexité, de lien, d’ambivalence. »

La coopération s’apprend, la confiance (en soi et dans les autres) se construit. Pas via des leçons de morale toutes prêtes, mais la mise en place de programmes qui permettent aux jeunes d’en faire l’expérience et d’avancer par eux-mêmes. « Au XVIe siècle déjà, Montaigne disait qu’éduquer un enfant ne signifie pas remplir un vase, mais allumer un feu, indique Frans Goetghebeur. Un véritable maître vous apprend à reconnaître, à expérimenter la nature de votre propre esprit et à lui faire confiance. Il met en branle une dynamique transformative qui s’adresse au potentiel de chaque élève et l’active. » Via par exemple, comme cela se fait déjà ici et là, l’apprentissage à l’école de techniques simples de méditation, dans une optique très pratique de concentration, de disponibilité d’esprit, de capacitation à maîtriser ses pensées et ses émotions. Ou l’organisation d’ateliers coopératifs permettant aux jeunes, à partir de problématiques concrètes, de construire leur réflexion au contact des autres, se retrouver sur des valeurs communes et s’investir ensemble sur des projets d’utilité sociale.
Savoir-être, écoute, intelligence émotionnelle, médiation, leadership, créativité, flexibilité, prise de risque… « Il faut aussi s’engager dans une nouvelle définition de la réussite, non plus basée sur la comparaison par rapport aux autres, mais sur le principe de faire toujours du mieux qu’on peut, au profit du plus de bien possible, en commettant le moins de mal, en paroles et en actes », souligne Bill Drayton, fondateur d’Ashoka, une association internationale de soutien aux entrepreneurs sociaux, qui vient de lancer une initiative mondiale pour que l’empathie soit reconnue comme l’une des compétences fondamentales à acquérir à l’école (et lancé un concours pour faire remonter les meilleures pratiques).

La totalité de l’article sur le lien :

http://www.inrees.com/articles/Une-Republique-des-consciences-la-solution-face-a-la-crise/

Une réponse à “Quand les politiques pratiqueront la pleine conscience !

  1. Merci beaucoup pour ce partage _/\_

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s