Atelier de méditation de pleine conscience au forum du « printemps de l’éducation » à Lille.

Le forum Lillois du « printemps de l’éducation » a permis la rencontre des approches alternatives dans le domaine éducatif. Les propositions et les ateliers proposés tout au long de la journée s’appuient sur des pratiques pédagogiques existantes, récentes pour certaines – méditation de pleine conscience, intelligence multiple…plus anciennes pour d’autres – Pédagogie Montessori, Communication Non Violente, yoga…Toutes se rejoignent autour des intentions suivantes relayées par le printemps de l’éducation : prendre en compte l’enfant et le jeune dans sa globalité, faire de l’école un lieu de vie permettant l’émergence des potentialités de chacun, faire de l’école un lieu du vivre ensemble enfants, jeunes et adultes…De l’innovation, mais pas de révolution : Les pratiques pédagogiques proposées soit sous forme d’atelier soit sous forme de stand ont toute leur place dans un système éducatif et d’enseignement de masse. Nombre de ces pratiques pédagogiques ont fait leur preuve en matière d’efficience en ce qui concerne : l’acquisition  des savoirs scolaires, l’apprentissage de la connaissance et de la conscience de soi et l’apprentissage du vivre ensemble.

La méditation de pleine conscience à l’école et à la maison…et si on s’y mettait !

L’atelier présenté et animé par Raymond Barbry / AGEPS  a accueilli une trentaine de personnes venues de Belgique et de France, des enseignants, des éducateurs, des directeurs, des élus en charge d’éducation, des parents. Durant cet atelier de deux heures, nous avons abordé les points suivants :

1. Qu’est-ce que la méditation de pleine conscience ? Quelles sont les pratiques de méditation de pleine conscience ?

2. Pourquoi les pratiques de méditation de pleine conscience émergent-elles aujourd’hui dans la société occidentale ? Est-ce un effet de mode ou cela répond-t-il à des besoins prioritaires ?

3. Quels sont les effets des pratiques de méditation de pleine conscience sur la santé globale, sur l’attention-concentration, sur le fonctionnement du cerveau (plasticité cérébrale), sur les dynamiques relationnelles ?

4. Les pratiques de méditation de pleine conscience pour les enfants et les adolescents, pourquoi et comment ? Ces pratiques ont-elles leur place à l’école et à quelles conditions ?

5. Mises en situation de pratiques de méditation de pleine conscience. Nous avons ainsi proposé plusieurs situations qui peuvent être exploitées tant à la maison qu’à l’école. Ce sont des situations d’une durée courte qu’il s’agit de répéter chaque jour plusieurs fois. Comme pour l’entraînement sportif, c’est la répétition quotidienne qui va permettre d’en mesurer les effets bénéfiques. Dans le protocole que nous avons mis en place et que nous proposons dans le cadre de formation sur l’attention-concentration, nous donnons comme repère temporel, trois fois trois minutes chaque jour.

En conclusion de ce temps d’atelier c’est  la question de la formation des enseignants, du personnel éducatif et des parents, qui a été débattue : à savoir à quelles conditions peut on proposer des temps de méditation de pleine conscience ? Quelles sont les compétences nécessaires ? Peut on se former ? Faut il faire appel à des professionnels ?

Ils existent actuellement en Europe plusieurs protocoles de formation inspirés, soit de la MBSR (c’est ce que proposent E.Snel, HappyAttention…), soit des pratiques de yoga, soit d’un croisement des pratiques de méditation de pleine conscience avec des pratiques pédagogiques (c’est ce que pour notre part  Raymond Barbry / AGEPS nous proposons dans le cadre d’une formation sur l’attention-concentration). Quelle que soit l’approche, l’adulte qui propose les pratiques de méditation de pleine conscience doit pratiquer.  Au delà des outils exploités c’est la posture qu’il est nécessaire d’incarner. C’est ce qui ressort de toutes les recherches effectuées sur cette question. La méditation de pleine conscience c’est avant tout une pratique. Certes les lectures peuvent aider, mais elles n’ont aucun effet si les personnes ne prennent pas le temps de méditer et de partager leurs expériences.

Les pratiques de méditation de pleine conscience se proposent. Elles ne s’imposent pas !

Article réalisé par Raymond Barbry / juin 2014.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s