Conférence au printemps de l’éducation à Amiens

Voici les grandes lignes de la conférence réalisée à la demande du printemps de l’éducation (comité d’Amiens) /  samedi 7 novembre.

Les pratiques de pleine conscience dans le contexte éducatif français. Pourquoi, pour quoi, comment et à quelles conditions ?

Point 1 : Qu’est-ce que la pleine conscience ?

Nous avons abordé lors de ce point, les questions de la pleine présence à soi, à ses émotions, à son corps, à ses pensées, aux autres et à l’environnement.

Point 2 : Les pratiques de pleine consciences.

De mon point de vue, il n’y a pas une seule pratique dite de pleine conscience, mais bien plusieurs qui ont  la même origine, apprendre à être dans la présence à la situation telle qu’elle est. C’est ainsi que nous y trouvons les pratiques suivantes : la méditation de pleine conscience, le yoga, la sophrologie, la relaxation, la gestion mentale, la méthode Vittoz, l’écoute active, l’observation et contemplation silencieuse….

Point 3 : Les pratiques formelles et informelles.

Les pratiques formelles s’inscrivent dans une systématique. Ce sont des temps qui sont posés et les pratiques s’appuient sur une méthode. Les pratiques informelles émergent spontanément. A tout moment de la journée je peux décider de me mettre dans la présence à la situation que je vis avec l’intention de me couper des pensées qui m’éloignent du présent.

Point 4 : Un besoin prioritaire dans le contexte sociétal.

Notre époque est marquée par un contexte particulier. Il n’est plus fait référence à la notion de crise mais à celle de changement, voire de rupture sociétale ! dans le quotidien cela se traduit par les effets suivants :

  • une augmentation du stress et de toutes les conséquences sur la santé (effets du sur-stress),
  • une nouvelle temporalité caractérisée par le sentiment d’accélération qui gagne nos différents temps de vie.
  • une époque caractérisée par la sur-sollicitation informationnelle.
  • un déficit des capacités attentionnelle de l’être humain.

les pratiques de pleine conscience n’émergent pas par hasard. Elles répondent à un besoin prioritaire de l’être humain, se connaître, retrouver et se connecter à son intériorité.

Point 5 : L’intérêt pédagogique de ces pratiques à l’école.

Elles favorisent le développement de l’attention-concentration, Elles participent à poser des temps de calme. Elles apprennent aux enfants, aux adolescents et aux jeunes à réguler leur niveau de stress. Elles participent au développement de l’intelligence émotionnelle par la conscientisation des émotions. Elles rendent conscients les moments de bien être personnel et de ce fait participent au développement d’un mieux être et d’un mieux vivre ensemble dans la classe et dans l’école.

Point 6 : Présentation d’expériences menées depuis quatre ans.

Nous avons résumé les différentes actions de formation et d’accompagnement d’équipes faites auprès des publics en charge d’éducation et d’enseignement depuis quatre ans (enseignement privé et public).

  • Programme de formation de deux journées complètes, et du suivi sur l’année 2.
  • Formation perlée sous forme de rencontres de deux heures (de six à huit) étalée sur une durée de trois mois au maximum et pour les membres d’une même équipe éducative.
  • Atelier école de parents (plusieurs rencontres avec des parents d’élèves).
  • Une formation conjointe enseignants/parents.
  • Temps d’atelier avec des collégiens volontaires éprouvant des difficultés attentionnelles.

Point 7 : Evaluation-bilan d’enseignants exploitant des pratiques de pleine conscience depuis plus d’une année.

Nous avons réuni récemment (fin octobre) une vingtaine d’enseignants qui intègrent dans leur journée de classe des temps de pratique formelle, voici ce qu’ils observent :

  • Plus de calme dans les classes. les élèves sont plus apaisés.
  • Une réduction des situations de tension et de conflit dans le groupe classe et sur l’ensemble de l’établissement quand il y a intégration de la démarche au projet d’établissement.
  • Une présence plus attentives aux tâches scolaires, et par conséquent une efficacité dans les apprentissages.
  • Des élèves qui réclament d’eux-mêmes des temps de pratique quand le besoin s’en fait sentir.
  • Des élèves qui en parlent à leurs parents. Ce qui participe à développer le dialogue et la collaboration  parents/enseignants.
  • Les élèves qui rencontrent des difficultés en début de pratique (premières semaines) pour accepter ces temps courts de pleine conscience, s’y engagent et en retirent tout le bénéfice. Cela impose d’accepter que tous les élèves ne vont pas adhérer spontanément.
  • Le besoin de pratiquer pour les enseignants. Mener des temps de pleine conscience en classe a des effets sur l’adulte qui anime ce temps, diminution de la tension inhérente au métier, une plus grande présence à la classe, une adaptation en temps réel des activités proposées compte tenu de l’état de vigilance des élèves.

Point 8 : Les conditions de réussite des pratiques de pleine conscience. Fort de notre expérience depuis quatre ans, nous en avons dégagé quelques unes qui facilitent l’exploitation pédagogique :

  • La conviction pédagogique. Quelle que soit la méthode pédagogique, la conviction et la confiance qu’à l’enseignant vont participer à la réussite. Il en est de même pour tout enseignement. L’application d’une méthode non intégrée et à laquelle on ne croit pas aura peu d’effet sur les élèves.
  • Une formation en point de départ et une pratique personnelle avant de le proposer dans la classe.
  • Des temps de pratique plutôt courts qui sont proposés si possible tous les jours, voire plusieurs fois par jour (de deux à cinq). En dessous de trois fois par semaine, il ne faut pas s’attendre à de réels acquis.
  • La durée des temps de pratique ne dépassent pas cinq minutes. Ce sont le plus souvent des temps de une à trois minutes. Parfois des temps plus longs peuvent être proposés. Ils vont rarement au delà de dix minutes.
  • La patience est de mise quand à l’implication de tous les élèves. Il y aurait comme un cap à passer, savoir attendre les deux à trois premières semaines pour observer un engagement de la plupart. En conséquence, ce sont des temps de pratique qui sont proposés et non imposés.
  • La réflexion pédagogique sur les pratiques de pleine conscience gagne à être articulée avec celle sur des rythmes scolaires.
  • Une présentation de la démarche aux parents, aux collègues, au chef d’établissement (directeur, proviseur…), voire aux inspecteurs. Ces derniers s’en intéressent actuellement. Ce qui montre combien l’intérêt grandissant pour l’exploitation de ces pratiques à l’école gagne au plan institutionnel.

Point 9 : Mode ou nécessité ?

Il y a une vigilance à avoir quand à une approche par trop volontariste. La méditation laïque de pleine conscience devient un phénomène de mode qui gagne toutes les sphères de notre société (travail, social, éducatif, sportif…). Il suffit de constater le nombre d’ouvrages publiés actuellement sur ce thème, manger en pleine conscience, la méditation au travail, médiation et sport, mais aussi les applications pour iphone etc..Et c’est tant mieux, car elle répond à un besoin fondamental de l’être humain, l’intériorité. Cependant elle n’est pas LA SOLUTION qui a elle seule va résoudre tous les problèmes de notre société !

Elle est une des pistes d’action à intégrer dans une réflexion éthique et éducative globale sur le sens de l’école et de la scolarité obligatoire. C’est cette démarche que je retrouve actuellement sous l’impulsion du mouvement  » le printemps de l’éducation ».

Article réalisé par Raymond Barbry le 9 novembre 2015?

2 réponses à “Conférence au printemps de l’éducation à Amiens

  1. Pingback: Retour sur les étapes d’Honfleur et Amiens | Printemps de l'éducation

  2. Pingback: Retour sur les étapes de Troyes et Anneyron ! | Printemps de l'éducation

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s