(R)évolutionnons l’éducation : Les enfants actuels – Conférence du réseau Colibris 62 Arras

Vous trouverez ci joint le contenu de l’intervention que l’AGEPS-Raymond Barbry a réalisé lors de la rencontre organisée par le réseau Colibris d’Arras le Jeudi 2 juin.

Afficher l'image d'origine

  1. Qui sont les enfants actuels ?

Il n’existe pas une typologie mais plusieurs au regard du contexte de vie des uns et des autres. Vivre à Paris n’a rien à voir avec une vie d’enfant et de jeune dans un village de montagne éloigné de tout gros centre urbain. Cependant tout en nous méfiant d’une généralisation abusive nous pouvons dégager de grandes tendances qui sont des marqueurs de notre monde occidental et plus particulièrement notre pays, la France, confronté actuellement à une crise majeure de sens.

Les enfants et les jeunes sont une caisse de résonance de notre époque aussi bien dans les avancées humanistes que dans les dérives matérialistes. Nous vivons en temps réel une rupture sociétale, voire civilisationnelle. Les enfants et les jeunes sont nés dans le monde du numérique, de l’interconnecté, du matérialisme, du néolibéralisme comme modèle économique dominant.  Ils sont le produit de ce que nous proposons, soit parce qu’ils y adhérent, soit parce qu’ils s’y posent en rupture.

Identifier à la fois les comportements problématiques et les capacités émergentes chez les enfants et les jeunes, c’est poser la base d’un projet d’éducation. Nous mettrons en exergue pour notre part, les dérives. Nous pointerons les capacités émergentes qui sont développées par l’autre intervenante, Marie-Line Echterbille :

  • Le burn-out des enfants devient une inacceptable réalité. A l’image de ce que nous observons chez les adultes, des enfants sont maintenant sujet à l’état de « burn-out », et ce dés l’âge de cinq ans. Le contexte anxiogène de notre époque n’arrange rien en ce domaine. les enfants sont des éponges émotionnelles de par la constitution de leur cerveau qui n’est pas achevé.
  • Une perte conséquente des capacités attentionnelles. Quelques données concrètes. Il y a trente ans on estimait qu’un enfant pouvait être attentif 20mn sur 1h00.  Il y a une quinzaine d’années les capacités d’attention soutenue étaient tombées à 10mn. A l’heure actuelle, ce n’est guère plus de 3mn d’attention soutenue ! Ce qui ne manque pas d’inquiéter les éducateurs et les responsables de la santé globale. Ce phénomène se retrouve chez les adultes.
  • Une perte du temps de sommeil inquiétante. Il est estimé à deux heures de moins en moyenne par nuit. ce qui n’est pas sans conséquence sur la santé, le comportement, l’équilibre psychique et les capacités d’apprentissage !
  • Une augmentation du temps passé devant la télévision stupéfiante. En moyenne en France, un enfant (de 4 à 14 ans) passe 4h00 par jour devant la télévision. Or quand nous connaissons les effets négatifs de ce média sur la structuration du cerveau du jeune enfant, cela ne manque pas de questionner. Voir à ce sujet la recherche faite par l’inserm-Lyon et publiée via l’ouvrage « La TV lobotomise les cerveaux ».
  • Un temps de plus en plus macrophage sur les téléphones portables. Il est estimé à 4h00 par jour en moyenne d’utilisation chez les jeunes de 14 à 24 ans.
  • Une diminution, voire une absence, du temps d’activités physiques. C’est une observation et une prise de conscience récente, mais non surprenante. Nos modes de vie  ont pour effet de réduire drastiquement les activités physiques de base, marcher, courir, monter des escaliers, grimper, ramper etc…Or quand nous connaissons les effets bénéfiques de l’activité physique sur notre développement et notre bien être, nous ne pouvons que nous interroger sur la place à leur accorder. Une recherche du CHU de Lille vient de montrer que les enfants qui bénéficiaient de 30mn d’activités physiques par jour étaient moins sujet aux troubles de l’attention.
  • Le harcèlement scolaire, une triste réalité. Ce sont 15% des élèves de la fin de primaire et du collège qui y sont confrontés, avec pour 5% d’entre eux des conséquences à vie (perte de confiance en soi, tendance suicidaire, troubles de la dépendance et autres troubles psychiques menant à la psychose).
  • On peut rajouter :  1 enfant sur 60 est autiste et les prévisions de l’OMS sont des plus alarmistes. Les enfants qui sont sujets aux troubles de l’attention et du comportement  sont estimés par le ministère de l’EN en moyenne à deux élèves par classe dans l’enseignement du 1er degré en France !

L’ensemble de ces données alarmantes doivent être mises en miroir avec d’autres aspects plus positifs qu’il nous importe de valoriser, notamment dans la catégorie dite des « jeunes » :

  • La capacité à créer du lien.
  • La capacité à se mobiliser rapidement.
  • La rupture avec le modèle consumériste dominant et sa forme économique non régulée le néolibéralisme.

  2. Comment fonctionne l’école aujourd’hui ? avec quels résultats ?

Sans refaire une analyse socio-historique de notre système éducatif, nous pouvons en pointer les paradoxes suivants :

  • Des textes officiels emprunts d’humanisme et visant la réussite de tous mais ne donnant pas les moyens suffisant pour innover, sortir des cadres. Par exemple, les pédagogies dites nouvelles – qui ont plus d’un siècle pour certaines –  (Freinet, Pestalozi, Neil, Montessori, Oury etc…) restent à la marge et n’ont pas réellement pénétré le système officiel tant public que privé sous contrat.
  • Un système conçu au départ (Condorcet) pour dégager une élite militaire, puis républicaine. Le système éducatif français rencontre des difficultés majeures pour s’ouvrir à tous. Nous avons réussi la massification mais pas la prise en compte de tous dans les différences.
  • Un système qui promeut la prise en compte de l’élève dans sa globalité mais qui survalorise une rationalité « fermée ». Nous sommes les héritiers culturels du cartésianisme. Les émotions et le corps ont une place réduite dans le parcours de formation de l’enfant. Passer l’école maternelle, nous constatons une survalorisation de l’intellect et du cognitif.
  • Une culture française qui survalorise l’acquisition de savoirs académiques et donne une importance encore déterminante aux diplômes dans le devenir social d’un sujet.
  • Une école qui peut envenimer et polluer la vie à la maison, par la poursuite des « devoirs ». L’école trouve un prolongement conséquent dans le temps familial via les devoirs qui dans certains cas prennent une ampleur démesurée. C’est un peu comme si on donnait en classe les règles d’un sport (par exemple, le basket) et que nous demanderions aux élèves de jouer à la maison !
  • Des résultats trop moyens au regard du contexte international. Nous sommes en moyenne régulièrement au 25ème rang pour les pays de l’OCDE. Nous sommes aussi un des pays où nous rencontrons un décrochage scolaire conséquent.
  • Des enseignants qui sont dans une intention de bien faire et qui  font des prouesses, mais qui ne sont pas suffisamment mis en valeur, reconnus, accompagnés dans leur mission.
  • Une formation des enseignants quasi inexistante quant aux dimensions humaines du métier. Les temps de formation portant sur la connaissance de soi et la conscience de soi ont quasiment disparu des maquettes de formation (analyse de pratique, théâtre d’improvisation, jeux de rôles, atelier de régulation du stress, accompagnement individuel…). Il y aurait comme un postulat de base qui veut que parce maîtrisant les savoirs, l’enseignant est passé maître dans la maîtrise de soi, quelle illusion ! C’est comme si la place du corps et des émotions de l’enseignant étaient des sujets tabous dans notre culture.

Passer ce constat qui paraît pessimiste et à charge contre le système EN, il est bon de constater que de la base (dans les classes, dans des établissements publics comme privés) des initiatives se multiplient. Le changement de pratique est réel. Des enseignants tout en respectant le cadre défini par notre constitution osent des avancées pour un mieux être à l’école.

3. Les solutions existent.

Nous faisons part d’observations faites sur le terrain par nous mêmes dans le cadre des actions de formation et d’accompagnement d’équipes ou de personnes (enseignants, directeurs, chefs d’établissement, proviseurs, inspecteurs, parents, jeunes…) que nous menons sur tout le territoire français tant dans l’enseignement public que privé depuis cinq ans. Le questionnement pédagogique, l’envie d’innover, l’envie d’être bien dans son métier n’a pas de frontière en ce domaine et dépasse les clivages. Certaines expériences sont relatées en détail dans ce blog, vous y trouverez les liens directs en dessous de chaque solution proposée.

  • Une priorité, le développement de cette méta-compétence qu’est l’attention-concentration. Elle est devenue prioritaire de par le contexte de vie moderne (cf le premier point de cette conférence). C’est elle qui nous permet d’accomplir toutes les autres opérations mentales : comprendre, mémoriser, apprendre, être en relation à soi, aux autres et à l’environnement. A ce jour l’AGEPS-Raymond Barbry a formé plus de 600 enseignants à l’exploitation en classe d’un outil de  « pleine attention » (pleine conscience). Cet outil en huit étapes  propose une démarche pédagogique cohérente pour développer cette attention-concentration dans le temps scolaire. Des équipes complètes se forment et en font l’axe prioritaire de leur projet d’école ou d’établissement.  Il est à noter que de plus en plus d’enseignants exploitent des outils de pleine conscience, de sophrologie, de relaxation et qu’il y a de moins en moins d’interdits institutionnels sur ces questions.

Pour aller plus loin sur ce point, voir les articles suivants qui relatent des expériences concrètes menées depuis cinq ans :

https://agepsraymondbarbry.wordpress.com/2015/10/26/effets-observes-de-pratiques-regulieres-de-pleine-conscience-a-lecole-sur-lattention-concentration-le-point-de-vue-denseignants/

https://agepsraymondbarbry.wordpress.com/2016/04/30/la-pleine-attention-en-college-temoignage-dune-experimentation/

https://agepsraymondbarbry.wordpress.com/2016/03/02/une-experience-de-pratique-de-pleine-attention-ou-pleine-conscience-en-college/

https://agepsraymondbarbry.wordpress.com/2015/12/23/une-etude-de-plus-qui-valide-les-effets-des-pratiques-de-pleine-conscience-chez-les-adolescents/

https://agepsraymondbarbry.wordpress.com/2015/03/30/les-pratiques-de-meditation-de-pleine-conscience-dans-la-classe-pour-quelles-raisons-pour-quels-effets-a-quelles-conditions-et-surtout-comment/

https://agepsraymondbarbry.wordpress.com/2014/09/29/atelier-de-pleine-conscience-en-college-pour-aider-a-lattention-concentration/

https://agepsraymondbarbry.wordpress.com/2014/05/03/questions-et-place-des-pratiques-de-meditation-de-pleine-conscience-dans-le-contexte-scolaire-francais/

https://agepsraymondbarbry.wordpress.com/2014/04/24/premier-bilan-de-la-formation-denseignants-a-lattention-concentration-par-les-pratiques-de-meditation-de-la-pleine-conscience/

https://agepsraymondbarbry.wordpress.com/2014/02/14/la-pleine-conscience-dans-les-classes-ca-marche/

https://agepsraymondbarbry.wordpress.com/2014/02/02/formation-denseignants-a-lattention-concentration-par-la-pleine-conscience/

https://agepsraymondbarbry.wordpress.com/2013/10/23/lattention-et-la-concentration-des-enfants-a-lecole/

https://agepsraymondbarbry.wordpress.com/2013/09/13/pratique-de-la-pleine-conscience-en-cours-deps/

https://agepsraymondbarbry.wordpress.com/2013/05/30/presentation-de-la-pleine-conscience-a-des-enseignants-specialises/

https://agepsraymondbarbry.wordpress.com/2012/10/26/la-meditation-a-lecole-on-en-parle-dans-les-medias/

https://agepsraymondbarbry.wordpress.com/2012/10/07/la-meditation-a-lecole/

https://agepsraymondbarbry.wordpress.com/2012/09/13/les-neurosciences-la-pleine-conscience-et-la-pedagogie/

https://agepsraymondbarbry.wordpress.com/2012/09/04/la-pleine-conscience-a-lecole/

https://agepsraymondbarbry.wordpress.com/2012/05/10/etre-attentif-concentre-cest-etre-dans-la-presence-et-dans-lintention/

 

  • Repenser le temps scolaire au regard des capacités de vigilance des enfants. Ce sont ces établissements scolaires qui repensent la journée, la semaine, voire l’année en fonction de l’état de vigilance ou de fatigue des enfants ; par l’ instauration de temps de sieste pour tous, de temps calme plusieurs fois dans la journée, un accueil échelonné le matin, des activités adaptées au seuil de vigilance (cf la chronobiologie).

Pour aller plus loin sur ce point, voir les articles suivants qui relatent des expériences concrètes :

https://agepsraymondbarbry.wordpress.com/2014/09/25/les-rythmes-scolaires-la-capacite-dattention-concentration-et-les-pratiques-de-pleine-conscience/

https://agepsraymondbarbry.wordpress.com/2013/11/25/576/

https://agepsraymondbarbry.wordpress.com/2012/09/27/le-serpent-de-mer-des-rythmes-scolaires/

https://agepsraymondbarbry.wordpress.com/2012/02/21/les-effets-des-rythmes-scolaire-sur-lattention-et-la-concentration/

 

  • Penser le bien être à l’école des élèves et des enseignants, et d’abord celui des enseignants et du personnel éducatif ! A l’instar de ce qui se passe dans certaines organisations publics ou privés innovantes cette idée fait son chemin dans quelques établissements scolaires. Ce qui en fait leur valeur c’est d’abord et avant tout le capital humain.  Ces organisations (entreprises, organismes d’état, associations…) mettent en avant le bien être du personnel. C’est ainsi que l’AGEPS-Raymond Barbry accompagne des équipes de volontaires dans le cadre d’ateliers de régulation du stress, des groupes de paroles. Il est reconnu et validé que si l’enseignant est bien en lui, bien dans son métier, alors les effets se font ressentir sur sa posture et sur la dynamique du groupe classe. D’où l’idée de penser au bien être des adultes pour arriver au bien être des élèves.

Pour aller plus loin sur ce point, voir les articles suivants qui relatent des expériences concrètes :

https://agepsraymondbarbry.wordpress.com/2016/04/26/le-bien-etre-a-lecole-pourquoi-comment-a-quelles-conditions/

https://agepsraymondbarbry.wordpress.com/2015/09/17/lattention-concentration-et-le-bien-etre-a-lecole-comme-axe-du-projet-detablissement/

https://agepsraymondbarbry.wordpress.com/2015/06/30/regulation-du-stress-et-bien-etre-professionnel-des-enseignants/

https://agepsraymondbarbry.wordpress.com/2015/04/29/le-bien-etre-des-salaries-au-travail-devient-une-priorite-de-management/

https://agepsraymondbarbry.wordpress.com/2015/03/12/le-bonheur-au-travail-utopie-ou-priorite/

https://agepsraymondbarbry.wordpress.com/2014/12/29/developper-le-bien-etre-dans-les-ecoles-les-entreprises-devient-une-priorite/

https://agepsraymondbarbry.wordpress.com/2014/03/22/le-burn-out-dans-les-metiers-de-leducation-comment-le-prevenir-et-sen-proteger/

https://agepsraymondbarbry.wordpress.com/2016/01/12/effets-de-la-regulation-du-stress-des-adultes-sur-la-relation-avec-les-adolescents-en-college/

https://agepsraymondbarbry.wordpress.com/2013/04/30/chef-detablissement-du-1er-degre-un-metier-a-tres-haut-niveau-de-stress/

https://agepsraymondbarbry.wordpress.com/2013/04/19/pour-en-finir-avec-la-fatigue-et-lepuisement-professionnels-dans-les-metiers-de-leducation/

https://agepsraymondbarbry.wordpress.com/2013/03/08/confiance-en-soi-et-pleine-conscience/

https://agepsraymondbarbry.wordpress.com/2012/12/27/enseigner-en-pleine-conscience/

https://agepsraymondbarbry.wordpress.com/2012/08/30/la-posture-de-lenseignant/

https://agepsraymondbarbry.wordpress.com/2012/06/15/fatigue-des-eleves-et-des-enseignants-francais/

https://agepsraymondbarbry.wordpress.com/2012/04/19/comment-aider-mon-enfant-a-etre-heureux-a-lecole/

https://agepsraymondbarbry.wordpress.com/2012/03/20/comment-et-a-quelles-conditions-faire-dun-etablissement-scolaire-une-organisation-apprenante/

https://agepsraymondbarbry.wordpress.com/2012/02/29/journee-de-travail-avec-des-chefs-detablissement-sur-le-sens-du-travail-scolaire-pour-leleve-pour-lenseignant/

https://agepsraymondbarbry.wordpress.com/2012/02/10/aider-mon-enfant-a-se-sentir-bien-a-lecole-rencontre-debat-avec-des-parents-deleves-dune-ecole-primaire/

https://agepsraymondbarbry.wordpress.com/2011/11/02/des-elements-explicatifs-au-haut-niveau-de-stress-des-enseignants/

  • Des formations conjointes enseignants / parents. C’est à l’initiative de plusieurs chefs d’établissements et enseignants du 1er degré d’Eure et Loir que nous avons initié cette formation pour développer la coopération et œuvrer  vers une cohérence éducative, dans le respect des missions de chacun.

https://agepsraymondbarbry.wordpress.com/2015/09/10/formation-conjointe-denseignants-et-de-parents-deleves-une-demarche-innovante-de-lageps/

https://agepsraymondbarbry.wordpress.com/2011/11/15/rencontre-parents-enseignants-autour-de-la-question-de-la-motivation-scolaire/

  • Des ateliers à destination des parents sur des questions éducatives concernant les jeunes. C’est dans le cadre d’une école de parents (atelier échelonné sur toute une année scolaire) d’un lycée polyvalent que sept soirées-débat ont été réalisées.

Pour aller plus loin sur ce point, voir les articles suivants qui relatent des expériences concrètes :

https://agepsraymondbarbry.wordpress.com/2015/11/05/reussir-au-lycee-oui-mais-comment/

https://agepsraymondbarbry.wordpress.com/2015/02/19/la-confiance-en-soi-lestime-de-soi-cest-quoi-comment-les-developper-et-les-entretenir/

https://agepsraymondbarbry.wordpress.com/2014/11/29/atelier-sur-lattention-concentration-avec-des-parents-deleves/

https://agepsraymondbarbry.wordpress.com/2014/11/17/atelier-de-meditation-de-pleine-conscience-au-printemps-de-leducation-damiens/

https://agepsraymondbarbry.wordpress.com/2013/09/23/comment-creer-les-conditions-de-la-motivation-chez-lenfant-et-chez-le-jeune/

https://agepsraymondbarbry.wordpress.com/2012/04/17/la-peur-de-lechec-scolaire-et-langoisse-des-parents/

https://agepsraymondbarbry.wordpress.com/2012/04/12/la-question-du-lacher-prise-en-education-et-de-lauthenticite-dans-la-relation-avec-les-jeunes/

https://agepsraymondbarbry.wordpress.com/2012/04/05/autour-de-la-motivation-scolaire-la-confiance-en-soi-le-developpement-de-la-conscience-les-peurs-face-a-lechec-scolaire/

https://agepsraymondbarbry.wordpress.com/2012/01/26/etre-heureux-au-lycee-rencontre-avec-des-parents-deleves/

  • Des ateliers à destination d’élèves volontaires pour agir contre le harcèlement scolaire. Ce sont plusieurs rencontres dans l’année pour accompagner des élèves volontaires à agir sur les situations de harcèlement naissantes dans un internat.

Pour aller plus loin sur ce point, voir les articles suivants qui relatent des expériences concrètes :

https://agepsraymondbarbry.wordpress.com/2015/10/08/le-harcelement-scolaire-quelles-reponses-educatives/

  • Des enseignants qui intègrent les outils de la psychologie humaniste aussi appelée psychologie positive dans leur pratique quotidienne. C’est finir la journée par une visualisation mentale et se remémorer trois petits moments de « bonheur ». Ce simple outil pratiqué systématiquement a des effets surprenants sur l’engagement à l’école et sur les relations entre les enfants (dixit les enseignants). Il apprend à prendre conscience des bons moments. Il fait prendre conscience que dans une journée, il y a toujours des bons et moins bons moments. Que la vie est une alternance et que prendre conscience des bons moments quand ils se produisent, c’est apprendre à être dans le présent.

Pour aller plus loin sur ce point, voir les articles suivants qui relatent des expériences concrètes :

https://agepsraymondbarbry.wordpress.com/2013/03/28/il-suffit-de-petits-riens-pour-modifier-une-atmosphere-ce-classe-un-peu-de-pleine-conscience-et-un-peu-de-psychologie-positive/

               4. Comment les parents, enseignants,  différents accompagnants peuvent améliorer l’éducation des enfants aujourd’hui ? Le bien être des enfants passent-ils par le bien être des adultes  ?

Et si nous en revenions au bon sens, dans une époque qui en a perdu !

Et si nous adultes, nous étions les témoins de ce que nous prônons et souhaitons! La liste des principes qui suivent sont d’abord à appliquer à soi (adulte).

  • Développer l’intériorité, la conscience de soi. C’est incontournable et prioritaire dans une société qui a mis en avant le paraître et l’extériorité.
  • Du temps de sommeil suffisant. Dans une enquête menée dans le monde auprès des spécialistes du cerveau, il leur a été demandé de donner les lois prioritaires pour un bon développement de cet organe. La première des douze lois est un sommeil de qualité !
  • Laisser des temps d’ennui indispensables au développement  de l’imagination et de la créativité. L’inactivité, le silence, la calme sont indispensables au bon développement et au bien être, même si l’enfant ne le perçoit pas !
  • Appliquer la règle du 3 – 6 – 9 – 12 en matière d’utilisation des médias et outils numériques : Pas de télévision avant trois ans – Pas d’ordinateur ou tablette avant 6 ans – Pas de téléphone portable avant 9 ans – Pas de réseaux sociaux internet avant 12 ans. Certes cette règle qui peut sembler « drastique » compte tenu de notre époque n’en est pas moins pertinente. Les promoteurs principaux de ces outils numériques l’appliquent à leurs propres enfants !
  • Pratiquer une activité physique régulière, voire quotidienne. C’est une priorité de bien être et de santé publique. N’oublions pas que la motricité est à la base de notre développement.
  • Intégrer l’idée qu’il n’y a pas d’apprentissage, d’évolution, de transformation sans difficulté, voire sans échec. La notion d’effort s’apprend très tôt. Naturellement un enfant va s’engager et faire les efforts nécessaires pour obtenir ce vers quoi il tend. C’est la force de l’intentionnalité. Il en est de même pour les moments de souffrance. Ils font partie de la vie. La question pour nous éducateurs, comment en faire des leviers d’évolution ? Ce sont souvent ces moments là qui nous transforment et nous font aller vers le Soi profond (processus d’individuation).
  • Identifier le domaine d’excellence de nos enfants. Nous avons tous un domaine où nous excellons, où nous réalisons avec aisance, où nous maintenons nos efforts et où nous éprouvons cet état de »flux » (le flow). Cela peut se repérer très tôt. Soyons en observation de ces moments qui émergent dans la vie des enfants.
  • Avoir ancré en soi, l’idée que nous avons tous en nous un potentiel extraordinaire, mais par peur, par conditionnement, nous n’osons et ne l’exploitons pas (nous n’utilisons que 20% de celui ci). Et si la finalité de l’éducation n’était pas de permettre aux enfants de se réaliser au delà de ces 20% !
  • Amour et confiance en soi, les deux piles atomiques de l’être humain. Un enfant qui rencontre dans sa vie des adultes (parents, éducateurs, enseignants…)  qui témoignent de ces deux piles et qu’il s’en imprègne. Il est outillé pour devenir un adulte qui en témoignera. L’Amour inconditionnelle, la confiance sont les marques de l’humanité. Ils participent à construire sans naïveté, un monde plus tolérant, plus ouvert à la compassion et à l’altruisme.

Le mot de la fin : Tout comme le colibri, œuvrons là où nous sommes dans notre environnement proche. C’est de cette manière que le changement,  que nous aspirons pour un monde où nous partagerons les richesses et où nous nous accepterons dans le respect des différences, se concrétisera. C’est ce que j’observe dans mon quotidien professionnel où je rencontre des enseignants, des chefs d’établissement, des infirmières scolaires, des conseillers principaux d’éducation, des inspecteurs qui vont dans ce sens, sans faire de bruit, sans se mettre en avant. Ils appliquent les valeurs fondamentales d’une action éclairée : l’intentionnalité, l’humilité, l’engagement, la simplicité.

Raymond Barbry le 5 juin 2016

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s