La méditation acceptée, réclamée à l’école et dans les autres champs de la société française.

Une bascule et un changement de paradigme s’instaurent dans la société française en ce qui concerne les pratiques méditatives et leur vulgarisation dans différents champs de la société.

Illustration de la vidéo

Les interventions, rencontres, échanges et débats que j’ai eus ces deux derniers mois dans trois régions différentes confirment cette impression que j’ai depuis un ou deux ans. Je constate et observe dans les contacts directs l’engouement, la curiosité, le questionnement sur les pratiques méditatives et plus particulièrement la méditation dite de pleine conscience. Ce que j’avais pressenti, et bien d’autres avec moi, depuis maintenant près de dix ans arrive. Il y a une accélération du phénomène « méditation » et pour toutes les pratiques dites contemplatives et d’intériorité, comme si au delà d’un effet de mode un besoin impérieux s’imposait aux femmes et hommes de notre époque. Sont aussi concernés par cet engouement, la sophrologie, la méthode Vittoz, la marche contemplative, les temps de silence et autres approches visant au développement de la conscience de soi.

Le mot « méditation » lui même n’est plus du tout tabou et peut être employé maintenant depuis quelques mois sans retenue même dans des contextes institutionnels et officiels initialement plutôt en retrait  quant aux pratiques méditatives tels que les établissements scolaires, les inspections académiques, les directions diocésaines, les associations de parents d’élèves publiques comme privées, les syndicats, et même le ministère de l’EN – sur ce dernier aspect, voir le travail réalisé par le philosophe et Inspecteur Générale de l’EN, Abdenour Bidar (voir son livre, « Les Tisserands »). Certes il existe encore ici et là des réticences, voire de la suspicion et des peurs, mais elles ne sont plus majoritaires. Les personnes et les responsables institutionnels sont en demande d’explications, de présentations d’expérimentations et de découvertes par des mises en pratique.

En deux mois (mi août à mi octobre) , ce sont plus de 600 personnes de rencontrées sur cette question des pratiques méditatives et de pleine conscience à l’école : parents, enseignants, éducateurs, responsables institutionnels (Inspecteurs, Animateur Pédagogique, Directeurs Diocésain et Adjoints, Responsables de syndicat ou d’association, Chefs d’établissement ) soit en réunions d’information, en conférences ou en actions de formation. Mais aussi des rencontres dans d’autres sphères que l’Éducation Nationale avec des entraîneurs, des sportifs, des journalistes.

Les raisons de cette évolution, telle que je la perçois de là où je suis, de ce que j’entends, de ce qui m’est dit et écrit, de ce que j’observe, de ce que je lis.

  • D’abord une question de besoins.

Le besoin d’intériorité que perçoivent les enfants, les jeunes comme les adultes, indispensable à leur santé, à leur mieux être et au vivre ensemble !

Le besoin de trouver ou retrouver du calme et du non connecté.

Le besoin d’être soi, autrement dit, le besoin d’Être plutôt que de paraître.

Le besoin de relations humaines plutôt authentiques et vraies.

Le besoin de spiritualité au delà de l’aspect strictement religieux. Je fais un lien à ce sujet avec un des courants de recherche de pointe actuellement en neurosciences qui travaille sur la question de la conscience et de ses différents niveaux. Là aussi, un changement de paradigme se met en place (cf les travaux de l’épigénétique, de la physique quantique, de la biologie quantique…. – En France : Inserm, CNRS, INREES, le diplôme universitaire de Strasbourg dans le domaine de la santé.

  • Ensuite, une appropriation par les médias de cette question de la méditation.

Les émissions de télévision ou grands médias (télé, radio..) avec des interlocuteurs tels que Christophe André, Matthieu Ricard, Fabrice Midal, A.Lutz et bien d’autres. Cf sur Arte « les étonnantes vertus de la méditation ».

Les reportages tel que celui réalisé récemment par l’INREES et mis en ligne en accès libre sur youtube. Cf « En lotus à l’école », https://www.inrees.com/Video/meditation-lotus-ecole-education/

La publication exponentielle de livres, cd, articles de presse et autres outils mis à disposition sur le net. Il n’y a pas une semaine, sans un article, un ouvrage, un cd qui ne paraissent sur cette question.

  • Les justifications scientifiques et d’expériences.

Certainement l’argument « massue » comme je le constate à chaque fois que des remises en question sur le bien fondé de ces pratiques et des effets sont posés. Les éléments et preuves avancés en matière d’effets positifs sont aujourd’hui  indiscutables tant au plan scientifique que de l’expérience.  D’autant que les personnes qui réagissent tout d’abord en opposition aux pratiques méditatives le font au regard d’une conception qu’ils veulent scientifique et matérialiste ou par dogmatisme soit scientiste, soit religieux. Or dans les deux approches, la science comme le religieux, rien ne va à l’encontre des pratiques méditatives et contemplatives, bien au contraire !

La méditation, d’abord et avant tout une pratique systématique !  J’observe aujourd’hui des experts en connaissance sur la « méditation » des érudits qui ne pratiquent pas ou trop peu pour en parler d’expérience authentique. Nul besoin de lire une multitude de livres à ce sujet, tous ou presque disent la même chose avec des entrées particulières. Mais le message et les fondamentaux sont les mêmes à peu de choses prêt !

Raymond Barbry le 19 octobre 2017

Publicités

6 réponses à “La méditation acceptée, réclamée à l’école et dans les autres champs de la société française.

  1. Et je suis très fiere, en tant que directrice d’une école fondamentale à Bruxelles, d’avoir été la 1ère à instaurer les cours de méditation dans les horaires des enseignants! Je me souviens qu’en 2012/2013, à nos débuts, on me prenait pour une douce illuminée. ^^ Grâce à la conviction que la méditation apporte énormément de bienfaits et à ma super équipe, c’est un projet qui est maintenant demandé dans plusieurs écoles. 🙂

    • Merci de votre témoignage. En tant qu’innovateurs nous avons du passer par cette étape de non reconnaissance, voire de « fou », de « diable », de « secte »..si vous lisez bien ! ET pourtant je venais de l’Institution..J’amenais des arguments scientifiques solides ! et à cette époque c’était in-entendable pour une bonne partie des personnes en charge d’éducation et plus particulièrement les responsables institutionnelles..J’observe avec sourire que certains de celles et ceux qui ont tant décrié dans les années 2007-2010, sont parmi celles et ceux qui savent le mieux sur la question, aujourd’hui. C’est ainsi et cela montre que les choses avancent bien et vite !

      • Très beau début, bravo ! mais à quand la meditation dans chaque classe, pour les enfants, au quotidien ?
        Une façon saine et simple de leur offrir pour leur scolarité et pour la vie, un outil merveilleux pour la concentration, la mémorisation, le recentrage sur soi, un abonnement au mieux être.

      • Dans cinq ans ces pratiques seront généralisées ! Il y a cinq ans, une journaliste de l’INREES m’avait interviewé. Je faisais état à la fois des avancées et des difficultés rencontrées. Par exemple, employer le mot « méditation » était bloquant dans nombre de situations, même si nous présentions les effets mesurés par les recherches scientifiques. J’avais prédit que cinq ans plus tard en 2017, nous pourrions employer le mot et développer ces pratiques en contexte scolaire. Nous y sommes ! Dans cinq ans, une majorité des enseignants en feront, et je fais le pari qu’en formation initiale les enseignants auront une présentation et une approche des pratiques méditatives..Même si cela paraît inconcevable encore maintenant. Le temps institutionnel est long..C’est le terrain (dans les classes) qui fait avancer. Les mentalités changent, même si les résistances sont bien réelles. Elles s’expliquent et elles ne doivent pas nous empêcher d’avancer. Ce que je fais depuis 7 ans maintenant me montre que les personnes qui s’y sont lancées ne reviennent plus en arrière ! Et ça gagne.

  2. Quel bel article qui me soutient dans l’idée que la méditation pleine conscience a entièrement sa place au sein de l’institution scolaire.
    Je suis encore qu’une simple étudiante en deuxième année de master en sciences de l’éducation, et cette année, encore, mon mémoire se porte à ce sujet.
    Je connais encore quelques difficultés à convaincre ma directrice de mémoire, qui est très septique et qui juge cette pratique de « farfelue ». Cela m’attriste énormément. A moi d’essayer de la faire changer d’avis!

    J’avais assisté ce dimanche 4 Novembre à la table ronde de Frédéric Lenoir ayant pour thème « Osons l’éducation de demain ». Quel beau moment d’entendre toutes ces paroles inspirantes et motivantes!

    Bravo pour cet article Monsieur!

    • Merci de votre message…Une remarque, concernant votre Directrice de mémoire, vous pouvez lui faire remonter tous les retours d’expériences et de recherches que nous avons actuellement et qui justifient du bien fondé des pratiques de pleine attention dans le contexte de l’école ! IL devient de plus en plus délicat de nier les effets de ces pratiques sur les capacités attentionnelles, sur la régulation des émotions, sur la régulation du stress et bien d’autres effets (développement néo-cortex, modification des télomères etc….).
      Sachez qu’accepter ces pratiques en contexte éducatif déstabilisent une partie des acteurs (les formateurs en font partie) dans leur représentation de ce que doit être l’école et l’enseignement-apprentissage. Pour certains, ce changement de paradigme, est presque impossible. J’ai eu plusieurs échanges avec des spécialistes en didactique (chercheurs) qui ne peuvent envisager un tel changement et cependant ce sont des chercheurs !
      Garder patience, dans cinq ans, ces pratiques seront bien intégrées..J’observe des changements actuellement chez des responsables institutionnels cependant totalement hermétiques il y a cinq ans de cela !
      Bonne continuation.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s