Effets d’une formation à la pleine attention (méditation) pour des enseignants et le personnel d’un collège.

Les pratiques dites de pleine conscience sont en développement exponentiel dans les différents milieux de notre société, la santé, le social, le carcéral, le sport, l’entreprise. L’école pourtant encore en retrait au plan officiel (niveau institutionnel, ministère et rectorat) n’en avance pas moins au plan local. Pour ma part cela fait maintenant huit ans qu’explicitement je présente, développe des actions d’information et de formation à destination des enseignants, des chefs d’établissement et du personnel des établissements scolaires (public comme privé sous contrat) et aussi des parents sur cette thématique. L’outil que j’ai élaboré et affiné au fur et à mesure des avancées et de mes recherches croisent plusieurs approches dites de pleine conscience que je préfère dénommer pleine attention, comme le propose du reste Fabrice Midal.

Résultat de recherche d'images pour "raymond barbry"

Je viens de clôturer dans un collège public de la région des Hauts de France  une formation à la pleine attention. Avec les responsables de l’établissement en charge du dossier – Principale Adjointe, Infirmière – nous avons évalué le dispositif et les effets de cette formation sur les participants eux-mêmes (adultes) et les retombées observées sur les élèves et notamment l’exploitation des outils de pleine attention dans le contexte professionnel.

C’est à l’initiative de l’infirmière de l’établissement, Anne Marie Davière, que cette formation a pu prendre forme. C’est sous son impulsion qu’un groupe de volontaires a pu bénéficier de cet atelier qui, comme dans l’expérience du collège d’Hellemmes (déjà présentait sur ce blog), regroupait des enseignants, du personnel de direction, de l’administration et de la maintenance, l’assistante sociale, la psychologue et l’infirmière. C’est un groupe d’une bonne quinzaine de volontaires qui s’est réuni à raison de huit rencontres de deux heures pendant cinq mois.

Cette formation visait deux objectifs prioritaires :

  1. Donner des outils aux adultes pour réguler leur propre état émotionnel, leur niveau de stress professionnel et améliorer leur capacité de présence en situation professionnelle.
  2. Exploiter les outils dans le contexte professionnel auprès des jeunes du collège pour leur apprendre à réguler en temps réel leur niveau attentionnel, leur état émotionnel et leur niveau de stress.

Le cadre des rencontres comportaient trois temps bien distincts :

  1. Un temps « Quoi neuf » où chaque personne pouvait apporter une remontée d’expérience, une question, une remarque, le partage d’information(s) sur le thème de la formation.
  2. Un temps de mise en pratique en rapport avec le cheminement du groupe dans le programme proposé (cf les huit étapes du programme Pleine attention – AGEPS Raymond Barbry). Les temps de mise en pratique pouvaient être enregistrés.
  3. Un temps d’échange sur l’exploitation des situations de mise en pratique du jour au plan personnel (entraînement) et dans le contexte professionnel (pédagogie en classe, entretien individuel, management…). Nous insistons sur le fait que ces pratiques n’auront d’effets pertinents que si un entraînement régulier est réalisé.

Évaluation de la formation :

  1. Ce que j’ai appris, découvert, renforcé tout au long de cet atelier. : Des données sur l’attention-concentration des jeunes, Le renforcement des connaissances que j’avais sur l’attention.  L’observation et l’acceptation des pensées récurrentes, envahissantes. La découverte de la pollution que pouvaient représenter nos pensées et des pistes pour lutter contre cette pollution mentale. J’ai appris à me re-focaliser sur le moment présent dés que j’y prends conscience. Le renforcement de la faculté à prendre de la distance par rapport aux pensées, à les observer et les laisser partir. Éviter de me gâcher la vie sur un « si j’avais su….j’aurais fait ça ». Le besoin de silence et La redécouverte des moments de calme.  Le renforcement des acquis concernant le travail sur la respiration. Les exercices de respiration permettent de faire le vide et de se re-concentrer.  Les exercices respiratoires pour se calmer.  Le breathplay (respiration en déplacement et à l’effort). La possibilité d’exploiter les exercices de pleine attention dans différentes positions, lieux, espaces : assis, debout, allongée, en mouvement. La prise de conscience de l’importance de mon positionnement dans l’instant présent. L’inutilité de vouloir changer le passé et de ne pas appréhender le futur avec des certitudes et des plans « tout fait ». Le renforcement de mes facultés à être présente à mon corps, à mon environnement, à l’instant présent. La possibilité d’exploiter les outils et apports de cette formation lors des entretiens individuels que je mène. J’ai renforcé la méthode que j’avais mis en place pour me protéger des agressions de la vie et de comprendre pourquoi le les avais mises en place.

Nous retrouvons ici tout ce que les différentes recherches et publications remontent en matière d’apport pour les personnes des pratiques de pleine conscience : le développement des capacités attentionnelles, la régulation des pensées et des émotions, la capacité à être plus dans le présent, l’idée que la pleine conscience peut se pratiquer partout et à tout moment, le besoin pour l’être humain d’avoir des temps de calme.

  1. Ce que j’ai pu exploiter pour moi. J’essaye de me dire davantage « Fous toi la paix », ce qui n’est pas fait aujourd’hui pourra se faire demain ! Prendre du temps pour soi et ne pas culpabiliser. L’apport personnel est considérable. Je me sens apaisée, plus sereine. Une meilleure qualité d’écoute. Étant recentrée sur l’instant présent j’arrive à être plus attentive à l’autre, à être complètement disponible lors de la relation à l’autre. Aller plus clairement dans l’objectivité et mieux cerner les paroles et les actes qui sont de l’ordre du ressenti et du subjectif. Lors de situations difficiles, je respire plusieurs fois pour éviter d’envenimer la situation. La prise de recul sur les événements. La mise à distance des personnes et des événements qui peuvent me nuire. La priorisation de mes actions. Arrêter de tout vouloir contrôler. La régulation du sur-stress du à certaines situations. Poursuivre le travail de prise de conscience de ses émotions. Se mettre au calme avant le coucher.

Pour quels effets  :

  • Compréhension de mes réactions, mon agressivité.

  • La capacité à se poser quand la tension monte trop.

  • L’apaisement mental et physique.

  • La diminution du stress.

  • Un coucher plus serein et un meilleur endormissement.

  • Amélioration de la régulation des émotions.

Les effets observés montrent et prouvent que les participants ont su prendre du temps régulièrement (même bref) pour  passer en mode « pleine attention » soit de manière formelle, sous la forme de rituel – par exemple un temps déterminé chaque matin et/ou soir – ou de manière informelle dans le quotidien – des prises conscience se réalisent et permettent aux personnes de réguler leur état émotionnel, de se remettre dans le présent de la situation. Les effets sur la régulation du stress sont aussi à noter (meilleur endormissement).

Je défends l’idée que si les adultes en responsabilité d’éducation sont mieux en eux, de fait les élèves iront mieux. Cet aspect est encore trop minoré dans la formation des enseignants et des éducateurs. La question du « bien être » et de la stabilité émotionnelle des adultes est déterminante, surtout quand ils ont à enseigner, à éduquer et à accompagner des jeunes en instabilité émotionnelle.

  1. Ce qui a été exploité avec les élèves.  Aider les élèves stressés, angoissés par des exercices respiratoires simples. En situation d’entretien et quand l’élève est agité, je prends le temps de l’inviter à se « poser ». En classe, la pratique des micro-pauses avec les élèves pour un retour à l’attention. Lors de l’entrée en classe, lors d’un moment de tension, quelques inspirations-expirations conscientes permettent un recentrage avant l’installation. La satisfaction de constater que les élèves adhèrent aux exercices proposés. Je pense à ouvrir un club détente le midi pour les élèves.

Pour quels effets observés :

  • Les exercices respiratoires aident à calmer les crises d’angoisse. Les élèves sont soulagés et cela permet bien souvent de libérer la parole.

  • Concentration favorisée chez les jeunes.

  • Les élèves se prêtent au jeu. Les effets sont immédiats : renforcement du calme et transition sereine pour la mise en activité.

  • Je constate que l’élève s’apaise très vite quand on lui propose un exercice de calme en début d’entretien.

L’un des objectifs de la formation était le transfert et l’exploitation des pratiques de pleine attention auprès des élèves. Il a été atteint. Chaque adulte à son rythme en fonction de son parcours, de ses aptitudes, de son envie, de la confiance en soi, de la présence ou non de peurs, a proposé des situations et fait passer cette posture de pleine attention dans la classe ou dans les temps de rencontre. Faut-il rappeler que nous préconisons des temps brefs de quelques secondes à quelques minutes (3 à 5mn au grand maximum) en contexte de classe.

  1. Si vous deviez en parler à l’extérieur, en une ou deux phrases que diriez vous de cette expérience ?

  • De très bons moments partagés avec les collègues.

  • C’est une amorce pour aborder l’enseignement, le rapport aux élèves de façon différente afin d’obtenir un climat plus apaisé en cours et dans la cour.

  • Expérience à vivre ! Avec un formateur qui s’y connaît et bienveillant.

  • Une formation indispensable pour tenir dans les métiers de l’humain où les relations humaines deviennent de plus en plus complexes et imprévisibles.

  • Une formation enrichissante pour « se » découvrir ou se « re »découvrir !

  • J’ai appris à gérer mon stress et à relativiser.

  • Bienveillance et écoute au rendez-vous. Une vraie formation constructive (la connaissance et la sagesse de l’intervenant sont des atouts majeurs).

Au delà des objectifs visés, nous constatons que d’autres sont atteints et qu’ils ont de l’importance dans la dynamique du collectif au sein de l’établissement. Dans l’implicite, les participants partagent une aventure commune qui tisse et renforce des liens.

  1. Ce que vous souhaitez rajouter…….

  • Cette formation devrait se faire dans tous les établissements scolaires.

  • Il me reste du chemin à parcourir ! Merci d’avoir fait un petit bout de chemin avec moi et avec nous !

  • Merci, j’ai découvert un domaine qui pour moi restait attaché à une connotation spirituelle et presque religieuse. Il n’en est rien.

  • Les pistes conseillées m’ont fait beaucoup de bien et à leur lecture, je me réconcilie un peu chaque jour avec moi même.

  • Un cycle s’est engagé et va me permettre d’envisager certaines périodes de ma vie future avec moins de fatalisme et de pessimisme.

  • A titre personnel, je compte bien poursuivre dans cette voie.

Pour ma part, en tant qu’intervenant, je tiens à rajouter qu’un des éléments déterminants à la réussite de ce dispositif, est le lien avec une ou des personnes ressources sur l’établissement qui permet un suivi sur place au quotidien. Lien qui facilite la régulation entre chaque rencontre et a pour effet d’adapter avec pertinence et justesse le contenu de la formation aux besoins des personnes. C’est ainsi que pour ce collège j’ai abordé plus précisément les questions liées au lâcher prise – le « foutez vous la paix » de Fabice Midal- , à la confiance en soi, et  que nous avons réalisé une séance où nous avons inclus des postures de yoga.

En conclusion :

Une formation qui dépasse les aspects purement techniques des outils de la pleine attention. C’est la personne dans toutes ses dimensions qui se trouvent impliquées tant au plan professionnel que personnel. Il est intéressant de noter que les représentations aussi évoluent. Le mot même de méditation a été plusieurs fois employés lors de nos rencontres, nous avons eu des échanges sur la dimension spirituelle de l’être humain détaché des aspects religieux. Or c’était inenvisageable il y a moins de cinq ans dans le contexte franco-français de l’éducation nationale.

Il y a dix ans, alors que nous commencions tout juste à parler de méditation de pleine conscience en France, et surtout pas à l’école, j’avais annoncé que d’ici une petite dizaine d’années cela ne poserait plus de problème, même dans les établissements scolaires. Je pense que dans moins de cinq ans, ce sont tous les enseignants qui auront des bases suffisantes pour mener dans leur classe des temps spécifiques de pleine attention.

Raymond Barbry le 13 mars 2018

Une réponse à “Effets d’une formation à la pleine attention (méditation) pour des enseignants et le personnel d’un collège.

  1. Pingback: Méditation de pleine conscience à l’école, état de la recherche scientifique et de la recherche action | Raymond Barbry

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s