Le 21 avril, intérêt et effets des pratiques de pleine attention – méditation – à l’école (dans le cadre des 2èmes rencontres du Printemps de l’éducation)

Le samedi 21 avril sera l’occasion pour moi de témoigner de mon expérience de quarante années en matière de pratique de pleine attention -méditation- à l’école en France.

L’image contient peut-être : texteQuarante années qui se résument ainsi :

1. D’abord une bonne quinzaine d’années où en tant qu’enseignant d’EPS en collège j’ai proposé très régulièrement aux élèves des classes dont j’avais la responsabilité en EPS des temps de pleine attention que je n’osais appeler à l’époque « méditation » et qui se résumaient systématiquement dans le cadre des cours par des temps de calme guidés, des temps de visualisation mentale, des temps de relaxation, des temps de prise de conscience de la respiration et du corps.

2. Ensuite pendant une autre quinzaine d’années en tant que formateur et responsable de formation dans des centres de formation de l’enseignement privé sous contrat où dans le cadre des différentes responsabilités que j’ai eues (formation en EPS initiale et continue 1er et 2nd degré, puis  les aspects transversaux de la formation continue et plus particulièrement les dimensions liées aux dynamiques relationnelles), j’ai pu amener des réflexions et des pratiques visant au développement de l’intériorité, à la question de la prise en compte du stress professionnel et aux pratiques de pleine attention, comme piste pédagogique à envisager.

3. Enfin depuis huit ans, une activité de formateur-consultant indépendant collaborant avec des acteurs novateurs en ce domaine de l’enseignement public et de l’enseignement privé sous contrat pour développer et proposer dans le cadre de l’éducation nationale les pratiques de pleine attention (méditation) et former des enseignants à développer ces pratiques dans le cadre de l’école.

Quarante années où j’ai pu observer à la fois, les avancées, les peurs et in fine la reconnaissance de ces pratiques longtemps non acceptées, voir interdites, puis tolérées dans la cadre de l’école en France, et ce malgré les arguments et preuves apportées quant à leur bien fondé pédagogique.

C’est aussi l’occasion pour moi de mettre en valeur celles et ceux qui ont été des « guides » pour moi en ce domaine. Ils étaient et sont des précurseurs dans leurs différents domaines (pédagogie, sciences, santé, sciences de l’esprit, sport). Certains et certaines ont cheminé avec moi pendant plusieurs années, pour d’autres la rencontre a été courte mais combien déterminante et leurs écrits et travaux restent des supports incontournables. Certains sont illustres, connus, d’autres ne le sont pas médiatiquement parlant, mais ils n’en sont pas moins de grande valeur et des maîtres au sens de celles et ceux qui nous montrent des chemins et nous incitent à oser : Patrick Chauvel, Michel Vom Hoffe, Michel Boularand, Jacques André, Christophe André, Basarad Nicolescu, Sylvette Ego, Fabrice Midal, Francesco Varella, Tich Nhat Hanh, André Blandin, Daniel Favre, Christiane Durand, Monique Lafond, Raymond Murcia, Albert Jacquard, Jean Boulangé, Jacques Florence, Philippe Bolet, Paul Koechli, Antoine De La Garanderie, Luc De Backer, Antonella Verdiani, Michel Desmedt, Abdennour Bidar, Philippe Gallois….

Raymond Barbry le 02 avril 2018

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s