Archives de Catégorie: bien être

Confinement..Suite, message à tous les collégiens, lycéens, parents et enseignants francais

Pour faire suite au premier message mis en ligne dimanche soir (le 15 mars, https://agepsraymondbarbry.wordpress.com/2020/03/14/message-a-tous-les-lyceens-collegiens-de-france-et-a-leurs-parents/)  et aux nombreuses demandes de suivi (plus de 8000 vues depuis deux jours). Je complète, compte tenu du confinement qui s’impose depuis 12h00 ce mardi 17 mars, et j’enrichis de témoignages qui m’ont été remontés durant ces deux derniers jours.

Résultat de recherche d'images pour "confinement total"

Fondamentalement, rien ne change, si ce n’est que nous ne pouvons plus sortir. Aller rencontrer d’autres personnes est strictement interdit (sauf les cas définis par le décret du 16 mars).

En conséquence, pouvoir aller rencontrer des ami-es n’est plus possible à compter de 12h00 de ce jour.

Il importe d’autant plus d’être vigilant sur les aspects suivants :

  • Vous pouvez sortir de chez vous (seul-e) pour faire une activité physique à condition de rester proche de chez vous. C’est déterminant ! Nous n’insisterons jamais assez sur cet aspect. L’activité physique est fondamentale à notre bien être et à notre santé et au maintien de nos défenses immunitaires (d’autant plus en phase de confinement !)…Alors, allez marcher, courir (faire le tour du quartier en marchant, en courant), si besoin plusieurs fois par jour. Mais n’oubliez pas de remplir votre attestation ! Concernant, les activités physiques, ce peut être l’occasion de faire chez soi, quotidiennement, du gainage, des étirements, du cardio (step, corde) etc….Contactez vos profs d’EPS, ils vous communiqueront des programmes.
  • Organiser sa journée le plus possible tout en mettant de la souplesse. Il y a des incontournables : se  lever à la même heure, maintenir des repas réguliers, aller se coucher à des horaires réguliers, se tenir à un temps d’activité intellectuelle de type scolaire quotidiennement (deux fois 1h30 est largement suffisant), réguler son temps sur les réseaux sociaux et devant les écrans.
  • Apprendre le silence et le calme. Pour celles et ceux qui vivent en ville, vous allez observer une diminution du volume sonore. je dirai, tant mieux. Profitez de cette opportunité pendant les deux semaines qui viennent, voire plus ! C’est une CHANCE. Nous savons que le silence acoustique est déterminant pour notre santé.  C’est ce silence qui permet à notre système nerveux de se régénérer, à notre corps d’évacuer les toxines qui conduisent peu à peu aux maladies dégénératives. Et surtout vous allez de nouveau apprendre la créativité, la mémorisation et la construction de votre « Soi ». La science atteste aujourd’hui des découvertes des grandes sagesses d’Orient et d’Occident, à savoir les pouvoirs du silence. Alors profitez en, même si cela vous semble difficile au début ! A ce sujet nous avons en France un des spécialistes de cette question, Michel Le Van Quyen (Inserm).
  • Apprécier de prendre du temps pour faire des choses simples mais déterminantes pour notre santé et notre bien être. Pour citer quelques exemples qui m’ont été livrés depuis deux jours, faire la cuisine, prendre du temps pour jouer,  être présent à nos proches, à nos amis les animaux domestiques, dormir, lire, s’ennuyer, etc..

Ce qui nous arrive, au delà des morts qui vont attrister des familles, a un sens et va nous amener à tous nous interroger sur notre manière d’agir, sur nos conditionnements éducatifs et sociaux. Des morts nous en avons bien plus de par la grippe saisonnière, la pollution et les changements climatiques que nous constatons depuis plusieurs années, par l’augmentation de la pauvreté dans le monde !

Je terminerai par ce que nous dit aujourd’hui  Boris Cyrulnik sur ce confinement

Actuellement avec ce confinement, c’est la recherche interne que l’on doit viser

Raymond Barbry le 17 mars 2020.

Prolongation de l’atelier Méditation proposé par le pôle santé-bien être du RCArras athlètisme

Dans le cadre du pôle d’activité Santé-Bien être, le RCArras-section athlétisme propose à tous ses licenciés méditation laïque (pleine attention – pleine conscience) ainsi que  yoga et gainage méthode « De Gasquet ».

Concernant l’atelier méditation il a été convenu de le prolonger sur l’ensemble de l’année. Cette prolongation se fera sur le rythme d’une rencontre par mois entre janvier et juillet 2020.
Cet atelier est organisé ainsi :
1/ période de septembre à décembre : une rencontre d’une heure chaque semaine, soit une dizaine de rencontres. Les temps de rencontre sont rapprochés afin de faciliter l’acquisition de la pratique de base par un entraînement rapproché.
2/ période de janvier à juin : une rencontre d’une heure chaque mois, soit sept rencontres. Les rencontres sont espacées et visent à être des temps de rappel et d’approfondissement pour les participantes et participants qui ont ce souhait (encadrement par Raymond Barbry).
Rappel, les ateliers yoga et gainage se font sur toute l’année à raison d’une séance par semaine (encadrement par Jean Marc Gallet).
Raymond Barbry le 24 décembre 2019.

Remettre l’humain et le mouvement au centre de la conception et du développement urbain et technologique.

Le rapport de l’ONAPS (Observatoire Nationale de l’Activité et de la sédentarité) vient de publier un nouvel état des lieux en France :

Activité physique et Sédentarité de l’enfant et de l’adolescent

Résultat de recherche d'images pour "adolescents en activités physiques"

La France, au regard des indicateurs sélectionnés ici et de la méthodologie d’évaluation propre à ce rapport, se situe dans la moyenne des autres pays européens et mondiaux. Les notes attribuées soulignent bien le travail restant encore à accomplir et la nécessité d’accentuer les prises de conscience et les efforts engagés de manière à promouvoir l’activité physique et lutter contre la sédentarité chez les plus jeunes.

Voici quelques unes des recommandations en conclusion du rapport :

  • Accentuer le niveau d’information des bienfaits d’un mode de vie sain et actif dès le plus jeune âge.
  • Renforcer la coordination des actions au niveau régional et national.
  • Encourager le maintien et le développement de l’activité physique en milieu scolaire.
  • Mettre en place et évaluer de nouvelles stratégies de lutte contre la sédentarité, comme des interventions dans les écoles, sur le temps de classe par exemple.Renforcer et évaluer les initiatives institutionnelles et gouvernementales.
  • Tendre vers la mise en place d’une évaluation nationale régulière de l’activité physique et des aptitudes physiques des enfants et adolescents.
  • Développer une culture individuelle et collective d’un mode de vie sain et actif.
  • Remettre l’humain et le mouvement au centre de la conception et du développement urbain et technologique.

Le rapport complet est disponible sur le lien suivant :

Cliquer pour accéder à 190917_ONAPS_RC%202018%20final.pdf

Raymond Barbry le 30/09/2019

Méditation, Yoga et Gainage « De Gasquet » à Arras avec le RCA – athlétisme

Dans le cadre du pôle d’activité Santé-Bien être, le RCArras-section athlétisme propose à tous ses licenciés par semaine une séance de méditation laïque (pleine attention – pleine conscience), de yoga et de gainage méthode « De Gasquet ».

Quelques exemples de bienfaits liés à la pratique régulière de ces domaines d’activités :

– Réguler le stress et les émotions

– Apprendre à faire le calme en soi

– Entretenir et développer l’attention- concentration

– Apprendre à lâcher prise

– Récupérer des charges de fatigue, d’entraînements

– Se recharger en énergie

– Développer le schéma corporel, la maîtrise de soi et la conscience de soi

– Retrouver l’harmonie entre le corps et l’esprit

– Éviter les erreurs de la gymnastique abdominale habituelle en particulier les conséquences sur le périnée et le rachis

– Corriger la statique et la respiration au quotidien, renforcement musculaire sans hyper-pression abdominale et sans compression discale, mettre en place un gainage dynamique doux.

Les jours où sont proposées ces activités

Le Yoga :  le lundi de 18h15 à 19h30 à partir du Lundi 16 Septembre 2019 à la Salle de Sports du collège Adam de la Halle à ACHICOURT.

– Prévoir un tapis de sol, un coussin et un plaid ou tout vêtement permettant de se recouvrir pour la relaxation.

– Nombre max : 15 personnes

Abdos-Gainage autrement de « Gasquet »: Chaque Samedi de 9h00 à 10h00 à partir du Samedi 20 Septembre 2019 à la salle Prestige du Complexe Degouve, 5Bd du Général de Gaulle à ARRAS.

– Prévoir un tapis de sol.

– Nombre max : 15 personnes

La méditation : Chaque Samedi de 10h00 à 11h00 à partir du Samedi 20 Septembre 2019 à la salle Prestige du Complexe Degouve, 5Bd du Général de Gaulle à ARRAS.

– Nombre max : 50 personnes

Les instructeurs de ces activités sont des entraîneurs et formateurs diplômés reconnus « experts » dans les activités encadrées. Ils intègrent depuis plusieurs années dans la préparation des athlètes de leur groupe ces pratiques d’intériorité et de prise de conscience de soi.

Yoga et gainage  » De Gasquier »: Jean Marc Gallet / Entraîneur des épreuves combinés et formateur yoga et gainage  » de Gasquet ».

Méditation : Raymond Barbry / Entraîneur demi-fond et formateur-coach-préparateur mental.

Pour plus d’informations, prendre contact avec le secrétariat du RCA athlètisme, téléphone : 03.21.51.12.98/ Mail : RCA-ATHLE@wanadoo.fr

Raymond Barbry le 09/09/2019

Découverte de la méditation dans l’Arrageois avec le RCA athlétisme

C’est dans le cadre du projet « Sportez vous » proposé par le RCArras d’athlètisme que j’animerai un atelier découverte de la méditation

le samedi 7 septembre de 11h00 à 12h00 à la Salle Rapeneau – Boulevard Crespel.

Pour plus d’informations, allez sur le lien suivant

http://rcarras.athle.com/asp.net/espaces.html/html.aspx?id=21227&fbclid=IwAR0VvdoHy3x7t5cpPVOIPTAp8t8nWrMaEPZ4iBWui7EycBs2cVryD2AN4Hc

Une pratique sportive régulière associée à de la relaxation améliore la sérénité.

Dans le cadre d’un mémoire de Master 2 – STAPS d’Amiens- Méthodologie de l’entraînement sportif –  Alexis Barbry a mesuré les effets sur la condition physique et le bien être d’une pratique sportive régulière (trois fois par semaine) associée à de la relaxation.

Résultat de recherche d'images pour "université d'amiens"

Cet étudiant a effectué son stage professionnel à l’IRFO (Institut des rencontres de la forme), association située au CREPS de Wattignies et rattachée à la ligue des Hauts de France d’athlétisme. C’est dans le cadre de ce stage et avec le partenariat du Racing Club d’Arras d’athlétisme que cette étude a été réalisée. Il a été accompagné dans ce travail par Annie Carton (maître de conférence – STAPS-Université d’Artois).

Résultat de recherche d'images pour "irfo"

Le thème de la recherche :

« La place de l’activité physique dans le bien-être est aujourd’hui un enjeu sociétal. Dans notre étude, nous avons couplé des mesures physiques et psychologiques ».

« L’objectif de l’étude est de voir l’effet d’un programme de condition physique couplé à de la relaxation sur les manifestations et les outils de régulations du bien-être ».

Population étudiée

« Notre population est composée de 3 groupes. Ces 3 groupes ont été constitués par rapport au nombre de séances que les participants ont pu vivre sur la durée de l’expérimentation (c’est-à-dire 10 semaines). Ceci correspond aussi à une régularité dans l’engagement des participants. Le critère d’inclusion était premièrement d’être volontaire, ce qui correspond à un engagement autodéterminé. Deuxièmement, d’être salarié ».

  • Le groupe « Sédentaire » ou groupe témoin. Aucun membre du groupe ne pratique une activité physique régulière, c’est-à-dire 30 minutes par jour ou 1h30 par semaine. Les participants de ce groupe ont un quotient de forme faible ou moyen, c’est-à-dire inférieur à 50 pour tous (sachant que le maximum est de 100). Ce groupe est composé de 11 personnes : 3 hommes et 8 femmes. L’âge moyen de ce groupe est de 46,1 ans et l’écart-type de 14,18.

  • Le groupe « moyennement présent » a effectué 5 séances de condition physique et/ou d’accompagnement running couplés avec des exercices de relaxation à la fin de la séance (10 minutes) en 10 semaines. Ce groupe est composé de 11 personnes : 2 hommes et 9 femmes. L’âge moyen est de 38,45 ans et l’écart-type 6,8.

  • Le groupe « fortement présent ». Les membres de ce groupe ont effectué au minimum 8 séances de condition physique et/ou d’accompagnement running couplés avec des exercices de relaxation (10 minutes) à la fin de la séance en 10 semaines de temps. Ce groupe est composé de 11 personnes : 3 hommes et 8 femmes. L’âge moyen de ce groupe est de 46,18 ans avec pour écart-type 10,4.

Deux instruments de mesure ont été utilisés, tous deux sont la propriété intellectuelle de l’IRFO. Le premier : DIAGNOFORM actif  permet de mesurer les 5 grandes qualités physiques (Endurance – Force – Vitesse – Coordination – Souplesse). Le second : Le DIAGNOFEEL a pour objectif de mesurer les manifestations ainsi que les éléments de régulation du bien-être (relations sociales, activités de loisir, joie, sérénité).

voici en résumé  les conclusions de l’étude

« Dans notre étude, un programme de condition physique couplé à des exercices de relaxation a des effets sur le niveau de condition physique des participants (quotient de forme), et sur la manifestation du bien-être et plus particulièrement « la sérénité ».

Une étude de plus qui confirme ce que nous identifions tant par l’expérience de la pratique que par les recherches dans un cadre universitaire, à savoir que la pratique d’une activité physique régulière associée à des temps de pratique d’intériorité (conscience de soi) tels que, la relaxation, le yoga, la méditation, la sophrologie,  participe à améliorer le bien être des personnes.

Si vous souhaitez en savoir plus sur cette recherche, me contacter par message (commentaires). Je vous mettrai en contact avec l’auteur.

Raymond Barbry, le 19 juillet 2019

Bien être à l’école : utopie ou nécessité (résumé de la journée du 3 avril à Lille)

Le bien être à l’école, Utopie ou nécessité, une journée d’étude à Lille avec des enseignants du second degré. Après la journée pour le 1er degré en novembre à Arras.
Merci à Christelle Ringeval (CPE et sophrologue) et Jean François Bayard Directeur adjoint de l’IFP Lille de m’avoir suivi et fait confiance sur ce projet…Ce n’est qu’un début ! Une pensée pour Anne Marie Davière (infirmière scolaire) qui était bien présente indirectement.

Résultat de recherche d'images pour "travail en équipe des enseignants"

Il y a dans les établissements scolaires des personnes qui s’engagent, qui font dans l’ombre avec humilité. Elle est là l’école de la confiance. Celles et ceux qui œuvrent dans le quotidien. Elles et ils sont les Tisserands qui maintiennent et développent les liens humains mis à mal par le contexte sociétal.

Une journée en trois temps :

  • Une conférence.
  • Un temps de sophrologie animé par Christelle Ringeval.
  • Des temps d’atelier portant sur des témoignages de pratiques visant à développer le bien être dans les établissements scolaires.

Résumé de la conférence  / Raymond Barbry

Le contexte actuel tant de la société que de l’école française montre à quel point l’idée du bien être et du bien vivre ensemble est devenue prioritaire. La publication d’une enquête internationale récente sur le bien être à l’école (ocde / octobre 2016) met en exergue la problématique française du mal être scolaire et des conséquences sur les relations humaines au sein des établissements, sur les apprentissages scolaires et sur l’état de fatigue latent des enfants et des adultes (voire d’épuisement professionnel des enseignants et du personnel éducatif). Faut-il rappeler que sur les 37 pays enquêtés notre pays est sur la question du bien être à l’école en 36ème position !

Faire classe aujourd’hui réclame de plus en plus d’énergie psychique. Les incidents critiques, les tensions et les conflits se multiplient. Certes ce ne sont pas en soi, des faits graves, mais une tension constante s’installe. Les comportements de base nécessaires au vivre ensemble ne sont pas acquis pour une partie de plus en plus grandissante d’élèves, de plus ils sont fatigués, agacés. Ils sont une « caisse de résonance » de notre contexte sociétal, d’ailleurs on parle aujourd’hui d’épuisement psychique ou « burn-out » et de dépression en augmentation exponentielle chez les jeunes de plus en plus jeunes. Or le fonctionnement et l’organisation « classiques » de la classe et de l’école ne facilitent pas le mieux être tant des jeunes que des adultes en charge de leur formation.

Or, dans les textes officiels récents il est bien stipulé que la dimension des compétences relationnelles est à caractère prioritaire. Une publication stipule qu’il est indispensable de prendre en compte cet aspect trop longtemps ignoré dans notre conception de l’école. Cela rejoint les travaux actuels en neurosciences, en psychologie cognitive, en psycho-ergonomie, voire en biologie et interdisciplinarité (épigénétique par exemple) qui montrent à quel point un état émotionnel stabilisé est déterminant pour notre développement individuel et collectif. Comment créer les conditions pour que dans chaque classe et dans chaque établissement nous puissions favoriser ce bien être indispensable au bien vivre ensemble et aux apprentissages ?

Et si le bien être des élèves passait d’abord par une prise en compte du bien être des adultes en charge de leur éducation ? C’est à ce changement de posture que vous invite cette journée, penser les conditions d’un mieux être professionnel des enseignants et éducateurs pour un mieux être des jeunes.

Les points abordés lors de la conférence

  • Le bien être, utopie ou nécessité.
  • Le « bien être », extériorité ou intériorité.
  • La conception éducative coopérative et collaborative plutôt que compétitive.
  • Les découvertes scientifiques récentes (neuro, psycho, interdisciplinaire, psycho – neuro – imunologie…) qui éclairent la notion de bien être et de bien vivre ensemble, et montrent combien le bien être est une « méta-compétence » qui s’apprend ! L’état des recherches en psych-socio du travail sur les effets du « bien être » au travail.
  • Le bien être au travail, des exemples concrets de petits changements pour de grands effets . La conception systémique dans un établissement scolaire : du chef d’établissement, aux enseignants, aux membres du personnel et aux élèves.
  • L’élève au centre, oui..Et l’enseignant ? Et si nous mettions les deux au centre du système.
  • Le bien être et la réussite vont de pairs ! Mais de quelle réussite parle-t-on ?

L’après midi a commencé par un temps de sophrologie proposé par Madame Christelle Ringeval, l’occasion de vivre un moment pour faire le calme en soi et se mettre en dynamique pour la suite de la journée.

Atelier 1 / Les compétences psycho-sociales au collège Christelle Ringeval (CPE au collège et sophrologue).

« Le développement et le renforcement des compétences psychosociales, fondement de l’épanouissement individuel et du bien vivre ensemble. »

Définition de l’OMS:  » Les Compétences psychosociales sont la capacité d’une personne à répondre avec efficacité aux exigences et aux épreuves de la vie quotidienne. C’est l’aptitude d’une personne à maintenir un état de bien être mental, en adoptant un comportement approprié et positif à l’occasion des relations entretenues avec les autres, sa propre culture et son environnement » (1993)

Témoignage et partage d’expériences professionnelles menées au collège en éducation prioritaire, autour de méthodes interactives et expérientielles, telles que:

– la mise en application des techniques de résolution non violente des conflits (médiation par les pairs, pratiques de justice restaurative, CNV, écoute active)

– la découverte vivantielle de la conscience de soi et des autres pour des relations humaines épanouissantes (capacités, émotions, valeurs fondamentales et universelles)

Atelier 2 / Un atelier de pleine attention (méditation) pour les enseignants et le personnel d’un collège (comment apprendre à réguler le stress professionnel) – Raymond Barbry (Formateur-Coach-Préparateur mental) Un atelier qui présente une expérimentation menée auprès d’adultes volontaires pour leur apprendre à réguler leur stress professionnel et à développer chez les élèves les capacités attentionnelles.

Les caractéristiques de cette expérimentation : des adultes volontaires (des enseignants, du personnel administratif et de maintenance, du personnel de direction, du personnel de la santé et du social), huit rencontres de deux heures étalées sur une période de quatre mois, un atelier croisant l’apport d’outils et l’accompagnement des personnes.

L’intérêt de cette expérimentation consiste d’une part à apporter des outils pour aider les adultes à réguler leur stress professionnel et à pouvoir exploiter et adapter ses outils pour développer l’attention-concentration des élèves.

Quelle suite ? Cette journée d’étude avait pour objet d’insuffler la prise en compte de cette question dans les établissements scolaires. Des formations, des ateliers devraient prendre forme sur les années à venir dans des établissements des Hauts de France.

Raymond Barbry, le 06/04/2019

Le bien être à l’école : utopie ou nécessité ? Journée d’étude à l’Ifp de Lille le 3 avril.

La journée initialement prévue le 30 janvier (remise pour cause d’intempéries) se déroulera ce mercredi 3 avril.

C’est en partenariat avec l’Ifp des Hauts de France que l’AGEPS-Raymond Barbry en collaboration avec Christelle Ringeval (CPE et sophrologue) propose une journée d’étude sur le bien être à l’école pour les enseignants et le personnel des collèges et lycées.

Résultat de recherche d'images pour "travail en équipe des enseignants"

Le contexte actuel tant de la société que de l’école française montre à quel point l’idée du bien être et du bien vivre ensemble est devenue prioritaire.

Faire classe aujourd’hui réclame de plus en plus d’énergie psychique. Les incidents critiques, les tensions et les conflits se multiplient. Certes ce ne sont pas en soi, des faits graves, mais une tension constante s’installe. Les comportements de base nécessaires au vivre ensemble ne sont pas acquis pour une partie de plus en plus grandissante d’élèves, de plus ils sont fatigués, agacés. Ils sont une « caisse de résonance » de notre contexte sociétal. Le fonctionnement et l’organisation « classiques » de la classe et de l’école ne facilitent pas le mieux être tant des jeunes que des adultes en charge de leur formation. Or, dans les textes officiels récents il est bien stipulé que la dimension des compétences relationnelles est à caractère prioritaire.

Et si le bien être des élèves passait d’abord par une prise en compte du bien être des adultes en charge de leur éducation ? C’est à ce changement de posture que vous invite cette journée, penser les conditions d’un mieux être professionnel des enseignants et éducateurs pour un mieux être des jeunes.

Les objectifs de la journée :

  • Connaître les aspects fondamentaux du bien être qui n’est pas un état constant, mais passager ; et en quoi il est déterminant dans l’apprentissage du jeune et l’efficience professionnelle de l’enseignant.
  • Intégrer les déterminants du bien être et du bien vivre ensemble dans une organisation humaine, ici en l’occurrence l’école : les trois déterminants ou fondamentaux ont été identifiés  : la relation à soi, la relation aux autres et la relation à l’environnement.
  • Identifier ce qui favorise ou freine le développement du bien être et du bien vivre ensemble dans un établissement scolaire, et agir sur des éléments tels que : l’espace/temps scolaire (rythme, temporalité….), l’évaluation, l’éducation émotionnelle, les temps de calme, les temps de débat, le travail collaboratif, la collaboration entre enseignants….

Organisation de la journée :

Matin : Introduction de la journée par Jean François Bayard, Directeur adjoint de l’Ifp

Conférence par Raymond Barbry

Le bien être à l’école : Utopie ou nécessité ?

Comment penser les conditions d’un mieux-être professionnel des enseignants et éducateurs ?

Après-midi, deux ateliers :

Atelier 1 : Le développement et le renforcement
des compétences psycho-sociales, fondement de
l’épanouissement individuel et du bien vivre
ensemble.
Animation par Christelle Ringeval (CPE et sophrologue)
Atelier 2: Apprendre à réguler le stress professionnel, ou comment ne pas passer en sur-stress. Témoignage d’une expérimentation d’un atelier de pleine attention (méditation) mené pendant six mois auprès du personnel et des enseignants dans un collège (Escaudain).
Animation par Raymond Barbry (formateur-coach-préparateur mental).
Raymond Barbry le 30 mars 2019.
Image

Le bien être et la confiance en soi à l’école..Oui mais comment ? (conférence à Armentières le 18 mars)

L’image contient peut-être : texte

Le bien être à l’école : utopie ou nécessité ? Journée d’étude à l’Ifp de Lille le 30 janvier.

C’est en partenariat avec l’Ifp des Hauts de France que l’AGEPS-Raymond Barbry en collaboration avec Christelle Ringeval (CPE et sophrologue) et Anne Marie Davière (infirmière scolaire) propose une journée d’étude sur le bien être à l’école pour les enseignants et le personnel des collèges et lycées.

Résultat de recherche d'images pour "travail en équipe des enseignants"

Le contexte actuel tant de la société que de l’école française montre à quel point l’idée du bien être et du bien vivre ensemble est devenue prioritaire.

Faire classe aujourd’hui réclame de plus en plus d’énergie psychique. Les incidents critiques, les tensions et les conflits se multiplient. Certes ce ne sont pas en soi, des faits graves, mais une tension constante s’installe. Les comportements de base nécessaires au vivre ensemble ne sont pas acquis pour une partie de plus en plus grandissante d’élèves, de plus ils sont fatigués, agacés. Ils sont une « caisse de résonance » de notre contexte sociétal. Le fonctionnement et l’organisation « classiques » de la classe et de l’école ne facilitent pas le mieux être tant des jeunes que des adultes en charge de leur formation. Or, dans les textes officiels récents il est bien stipulé que la dimension des compétences relationnelles est à caractère prioritaire.

Et si le bien être des élèves passait d’abord par une prise en compte du bien être des adultes en charge de leur éducation ? C’est à ce changement de posture que vous invite cette journée, penser les conditions d’un mieux être professionnel des enseignants et éducateurs pour un mieux être des jeunes.

Les objectifs de la journée :

  • Connaître les aspects fondamentaux du bien être qui n’est pas un état constant, mais passager ; et en quoi il est déterminant dans l’apprentissage du jeune et l’efficience professionnelle de l’enseignant.
  • Intégrer les déterminants du bien être et du bien vivre ensemble dans une organisation humaine, ici en l’occurrence l’école : les trois déterminants ou fondamentaux ont été identifiés  : la relation à soi, la relation aux autres et la relation à l’environnement.
  • Identifier ce qui favorise ou freine le développement du bien être et du bien vivre ensemble dans un établissement scolaire, et agir sur des éléments tels que : l’espace/temps scolaire (rythme, temporalité….), l’évaluation, l’éducation émotionnelle, les temps de calme, les temps de débat, le travail collaboratif, la collaboration entre enseignants….

Organisation de la journée :

Matin : Conférence par Raymond Barbry

Le bien être à l’école : utopie ou nécessité ?

Comment penser les conditions d’un mieux-être professionnel des enseignants et éducateurs ?

Après-midi, trois ateliers :

Atelier 1 : Le développement et le renforcement
des compétences psychos-sociales, fondement de
l’épanouissement individuel et du bien vivre
ensemble.
Animation par Christelle Ringeval (CPE et sophrologue)
Atelier 2: Pleine-attention /méditation–pour les
enseignants et le personnel d’un établissement
scolaire.
Animation par Anne Marie Davière (infirmière scolaire)
Atelier 3 : Apprendre à réguler le stress professionnel, ou comment ne pas passer en sur-stress.
Animation par Raymond Barbry (formateur-coach-préparateur mental).
Raymond Barbry le 22 janvier 2019.