La relation aux autres passe d’abord par la relation à soi.

C’est autour de cette affirmation que j’ai échangé avec l’ensemble et tous les niveaux de responsabilité d’une équipe d’une organisation de 25 personnes qui a pour objectif de formation d’améliorer la communication interne et externe.

Lors de notre première rencontre, c’est autour de la question de la relation à soi que j’ai amené les participants à échanger et à débattre.

Mon postulat en matière de relation-communication étant que je ne peux être dans une communication claire que si la relation est basée sur l’authenticité. Je ne peux être authentique envers l’autre que si en amont je suis dans une relation authentique envers moi même ! Voici quelques idées qui méritent d’être partagées :

Une communication sera d’autant pertinente, cohérente, vraie et comprise par l’autre ou les autres que je tends à être avec moi même pertinent, cohérent et vrai.

– Dans le monde d’aujourd’hui avec la multiplication des outils de communication, téléphone portable, agenda électronique, smart phone etc…, nous sommes connectés 24heures/24 et 7 jours/7. Nous pouvons être en contact à tout moment, avec tout le monde et avec n’importe qui. Le risque est grand de ne plus être en contact avec nous mêmes !

– Lorsque notre attention est sélective et confuse nous manquons d’entendre les sons qui pénètrent dans nos oreilles, et nous ne voyons pas ce que nous avons sous les yeux. Il en est de même pour tous les autres sens.

– Le besoin de se prendre des temps pour se connecter à soi dans les temps intermédiaires est nécessaire pour ne pas dire indispensable. Ces « intermédiaires » sont des « entre-deux » qui nous appartiennent. Il s’agit de se connecter à soi, de s’appeler soi même pour vérifier ce que nous devenons. Et si nous nous mettions simplement avec nos sensations et ce même dans les moments ou nous sommes fatigués, engourdis, accablés, confus, anxieux, déprimés, et, où il nous reste encore une énième tâche à accomplir !

– Parmi les temps « intermédiaires » pour soi, il peut être judicieux de se prendre un temps d’introspection pour pointer les petits moments de bonheur qui ont émaillés chaque journée, et ce même si elle semble à priori négative, voire catastrophique !

– Notre mental trouble le plus souvent notre capacité à voir clairement la réalité ou à comprendre ce que l’autre nous dit. Si nous souhaitons saisir pleinement le sens d’une communication ou plus largement tout fait et événement de la vie, nous avons à aller au delà de l’apparence. Nous avons à aller visiter, observer régulièrement le flux de notre propre pensée qui influe sur nos sens.

– Dans le contexte de notre époque où tout va vite où il y a de la sur information déversée en continue où il est demandé aux acteurs de répondre à de multiples sollicitations ; il peut être facile de regarder sans voir, d’écouter sans entendre, de manger sans rien sentir, de toucher les autres sans être conscient des émotions que l’on échange. Nous perdons alors contact avec l’essentiel et nous passons à côté de ce qui nous est donné de sentir, de percevoir.

– De manière générale nous avons tendance à entendre ce que nous avons bien envie d’entendre. Nous regardons ou entendons sans forcément appréhender ni comprendre. Il s’agit de tendre à voir ou entendre les choses telles qu’elles sont réellement et non pas telles que nous voudrions ou redouterions de les voir ou les entendre.

Pour être dans la relation…il suffit d’être. C’est un apprentissage qui n’en finit jamais.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s