Le mindful management, une approche pour favoriser le bien être dans les établissements scolaires.

L’AGEPS-Raymond Barbry vient d’entamer une formation à destination de vingt sept chefs d’établissements du 1er et du 2nd degré de la région lyonnaise. Cette action de formation est le fruit d’une collaboration avec l’ISFEC Saint Vincent-Oratoire de Lyon.

Résultat de recherche d'images pour "lyon"

Nous avions, lors d’un précédent article – Le mindful management pour les chefs d’établissement, mode ou nécessité ? –  réalisé une présentation de ce projet innovant qui annonçait cette initiative. Voir cet article sur le lien suivant :https://agepsraymondbarbry.wordpress.com/2016/06/23/le-mindful-management-pour-les-chefs-detablissement-scolaire-mode-ou-necessite/

Les caractéristiques de cette action de formation :

  • Une formation qui regroupe des chefs d’établissement du 1er et du 2nd degré.
  • Un partenariat entre le formateur-consultant, l’institut de formation et l’association des chefs d’établissement, en l’occurrence pour cette action le SNCEEL local.
  • Une action de formation en deux temps : tout d’abord deux jours bloqués permettant de poser le cadre, d’élaborer un diagnostic, de déboucher sur des prises de conscience des points forts et des zones de fragilité, d’élaborer des priorités en matière de management ; puis une journée, deux mois et demi plus tard, afin de mesurer les effets des orientations engagées sur le chef d’établissement, sur les collaborateurs, sur l’ensemble du personnel et sur les élèves
  • Une formation qui met au centre du système-école, les adultes en responsabilité dans les établissements, à savoir : les chefs d’établissements, les adjoints, les enseignants, les éducateurs et l’ensemble des personnes qui œuvrent dans un établissement scolaire.
  • Une formation qui a comme postulat de base que les élèves, quel que soit leur âge, se sentiront mieux dans un établissement scolaire si les adultes en charge de leur enseignement-éducation s’y sentent bien. Nous rejoignons en cela tous les travaux de recherche et d’observation de ces dix dernières années en psycho-sociologie du travail qui montrent combien le « bien être » au travail est déterminant pour tout les acteurs et à tous les niveaux de l’organisation (ambiance, engagement, reconnaissance, efficience, etc…).

Nous avons construit cette formation autour des mots clefs suivants : Attention, Écoute, Confiance, Liberté, Fragilité, Efficience, Humilité, Créativité, Cohérence, Pleine Conscience, Authenticité, Bien être, Temporalité, Sérénité.

Raymond Barbry le 16 janvier 2017.

 

Formation à la pleine attention pour des enseignants du 1er et du 2nd degré.

L’AGEPS-Raymond Barbry poursuit et développe dans de plus en plus de lieux et pour des publics différents la formation à la pleine attention à destination d’enseignants et du personnel éducatif.

Résultat de recherche d'images pour "méditations de pleine conscience jeunes"

A cette rentrée de janvier 2017, c’est dans le cadre d’un partenariat avec l’ISFEC de Montpellier que j’ai débuté une formation regroupant des professeurs des écoles, des professeurs de collège, de lycée et un formateur de l’ISFEC (centre de formation d’enseignants).

Cela fait maintenant six ans que je propose ce thème de formation qui a évolué au fur et à mesure des expériences et des rencontres avec les enseignants qui intègrent dans leur temps de classe des temps spécifiques de développement de l’attention-concentration en appui sur les pratiques de pleine conscience.

Il y a six ans, proposer de former les enseignants à ces pratiques n’étaient pas forcément  admis et accepté par une bonne partie des représentants officiels de l’éducation nationale (tant public que privé sous contrat). Il n’y avait pas vraiment d’interdit formel mais une tolérance très distanciée. Pour preuve, au début des années 2010 certains chefs d’établissements et enseignants ont pu ici et là rencontrer des soucis avec leur hiérarchie.

J’avais l’intime conviction depuis plus d’une quinzaine d’années qu’une des réponses au mal être dans les établissements scolaires tant des élèves que des adultes en charge de leur éducation-enseignement passait par la mise en pratique dans le temps scolaire de temps de calme institutionnalisé (poser dans l’emploi du temps). Il a fallu la rencontre avec quelques enseignants, chefs d’établissements, conseillers pédagogiques d’éducation, infirmières  au fait des pratiques de méditation de pleine conscience, de yoga, de sophrologie, de méthode Vittoz, de gestion mentale pour les initier et leur permettre de proposer aux élèves des temps de pratique. Nous n’étions alors en France  que quelques uns à prendre position pour le développement des pratiques de pleine conscience en contexte scolaire. Nous nous comptions sur les doigts d’une main ! Quel chemin parcouru depuis six ans.

Je suis de fait bien placé pour constater l’évolution dans le système éducatif français d’une part, des représentations des personnes quant à ces dites pratiques de  pleine conscience et d’autre part de l’exploitation pédagogique qui en est faite à l’heure actuelle. Voici quelques remarques à ce sujet

  • Parler de méditation, de pleine conscience ne fait plus peur aujourd’hui. Le mot de méditation lui même est accepté. Pour preuve dans le cadre d’une formation pour les publics décrocheurs, j’ai pu aborder cette question sans aucune réticence avec les enseignants et les conseillers pédagogiques d’éducation.
  • Une demande d’informations accrue. De plus en plus d’enseignants, d’éducateurs dans le premier comme le second degré sont demandeurs d’outils au sujet de la méditation de pleine conscience.
  • Une augmentation exponentielle des initiatives personnelles. Les enseignants, cpe, éducateurs et chefs d’établissements prennent des initiatives en ce domaine, soit en sollicitant des formations comme je peux le faire, soit en exploitant des compétences personnelles acquises dans un autre contexte de vie personnel ( parcours de yoga ou de méditation de pleine conscience ou de zazen ou de relaxation ou de sophrologie etc…).
  • Des parents en demande. Les parents sont de plus au fait de ces pratiques, le livre d’Eline Snel vendu en France a plus de 500 000 exemplaires a été un formidable accélérateur. Il traduit bien la réalité de la demande et du besoin.
  • Des responsables institutionnels de plus en plus concernés. Même si ici et là des résistances sont bien ancrées pour des raisons qui se comprennent au regard des aspects, politiques, idéologiques et personnelles, il n’en reste pas moins que de plus en plus s’interrogent, vont rencontrer ceux qui innovent dans le domaine. Par exemple, je suis impressionné par le nombre d’IEN qui s’intéressent à cette question parce qu’observant dans les classes les effets bénéfiques des pratiques de pleine conscience sur les élèves et les enseignants.
  • Des médias qui en parlent de plus en plus. Il ne se passe pas une semaine sans que dans la presse quotidienne il est fait écho de ces pratiques dans les différents domaines de vie :personnel, professionnel, éducatif…

D’ici quelque temps, ce sont dans les centres de formation initiale des enseignants que seront initiés ces pratiques. Pour preuve des formateurs des ESPE (enseignement public) et des ISFEC (enseignement privé) sont demandeurs.

Raymond Barbry le 14 janvier 2017

La révolution quantique est en marche !

Le paradigme quantique issu de la physique en début du XX ème siècle gagne peu à peu l’ensemble des domaines de notre société. Au delà des recherches fondamentales en physique, en biologie, en neurologie, en immunologie, en intelligence artificielle, voire en psychologie nous en sommes maintenant dans les applications concrètes qui ne sont pas sans effet sur notre manière de nous comprendre, de comprendre le monde et d’ agir. Ces applications se retrouvent dans les domaines de la santé,  de la communication, de l’organisation, de la thérapie….cf à ce sujet les articles de vulgarisation de Sciences et Vie (On pense tous quantique-octobre 2015 / La vie serait quantique-avril 2011) et d’Inexploré de L’INREES (La révolution quantique-avril 2016).

Résultat de recherche d'images pour "la révolution quantique de la pensée"

Qu’est-ce que le quantique ? Il nous parle des lois issues de l’infiniment petit dans l’intention d’étudier et de comprendre ce qui nous constitue chacun dans cet infiniment petit. C’est une approche qui étudie l’invisible et les interactions entre nous. Ce qui nous entoure et nous constitue au plus profond n’est pas vide. Il est siège d’un flot continu d’échanges d’informations à l’intérieur et à l’extérieur qui agissent sur nous et notre environnement.

Les principes de base de ce paradigme :

  • La vie est information et énergie.
  • Par nos croyances, nos émotions, nos pensées nous créons notre réalité.
  • La vie est constituée d’opposés se complétant.
  • La vie est basée sur un principe d’équilibre.
  • La vie est basée sur le principe de la résonance.
  • La vie est holographique.
  • La vie est basée sur le principe de l’évolution.
  • Il y a un ordre et un sens caché des choses.
  • La vie évolue selon un mouvement de construction-destruction.
  • Le champ quantique agit comme une mémoire de l’intelligence expérientielle humaine.

Pour en savoir plus : https://www.youtube.com/watch?v=wuP7XALIw2E

Une autre manière de penser, de comprendre, d’agir et d’être en relation avec soi, avec les autres et avec notre environnement émerge aujourd’hui. Il remplace peu à peu le mode de pensée issu de l’approche mécaniste et matérialiste.

Pour aller plus loin, voir le livre que vient de publier Stéphane Drouet. Il y explicite les effets de ce paradigme sur notre mode pensée :  « La révolution quantique de la pensée »

Effets bénéfiques de l’activité physique et des pratiques de pleine attention sur les troubles de l’attention.

« Un projet alliant méditation pleine conscience et activité physique mené à l’école primaire l’Écollectif, à Sherbrooke (canada), montre des retombées bénéfiques chez les enfants, particulièrement chez les enfants qui ont une moins grande attention en classe. »

Cette recherche universitaire conforte ce que je perçois sur le terrain lors des formations et accompagnements sur la durée d’équipes pédagogiques qui s’engagent dans cette démarche de proposer dans le temps pédagogique quotidien des temps courts de pleine attention tout en maintenant, voire en augmentant, les temps d’activités physiques par le maintien des temps de pratiques réelles d’éducation physique et sportive.

Voir l’article de presse en cliquant sur le lien : http://www.lapresse.ca/la-tribune/actualites/201612/20/01-5053283-des-benefices-a-la-meditation-en-classe.php

 

Attention-concentration et bien être à l’école et au collège, axe prioritaire pour un ensemble scolaire Nîmois

Je viens de passer deux jours avec toute une équipe pédagogique d’enseignants, d’éducateurs, d’assistants de vie scolaire de l’ensemble scolaire de Valsainte à Nimes. Deux jours où nous avons abordé à la fois la question de l’attention-concentration et du bien être des élèves comme des adultes.

Résultat de recherche d'images pour "nimes"

Ce sont prés de quarante personnes qui ont bénéficié à la fois d’un programme de formation leur permettant,  d’une part d’identifier ce qui dans leurs pratiques actuelles favorisent développement de l’attention-concentration et du bien être, et d’autre part d’enrichir ces pratiques par la mise en place quotidienne d’exercices de pleine attention.

D’abord des mises en situations concrètes, c’est ce qui caractérise l’efficience de ces deux journées. Toutes les situations ont été vécues puis analysées par les adultes (cf le programme en huit étapes élaboré par l’Ageps Raymond-Barbry). Les conditions d’un transfert en contexte de classe ont été finalisées par un travail d’équipe par niveau..

Une priorité le bien être à l’école, une intention incarnée par le chef d’établissement ! C’est ce qui se dégage de ces deux journées et qui est partagé par l’ensemble des participants. Au delà du développement des capacités attentionnelles des élèves, la priorité des priorités est de favoriser et de créer les conditions du bien être dans le temps scolaire, tant pour les adultes que pour les élèves. Une condition de réussite pour que cette intention se concrétise dans le quotidien de la vie de l’établissement, la posture du chef d’établissement.

La « pleine attention » intégrée dans la préparation des jeunes footballeuses et footballeurs

Je mène depuis cette année scolaire une formation de pleine attention pour des jeunes footballeuses et footballeurs d’une section sportive d’un collège de la banlieue lilloise (Hellemmes). Cette formation prend la forme d’un atelier qui consiste à  des temps de rencontre d’une heure par groupe d’une quinzaine de jeunes âgés de 12 à 14 ans.

Avec l’équipe pédagogique de l’établissement et le « staff » technique de la section sportive, nous avons arrêté six rencontres sur une période de deux mois et demi. Les principes de base de cette formation.

Des temps de pleine attention intégrés dans les séances d’entraînement et dans la journée. Le principe clef de cet atelier consiste à présenter une série de situations de pleine attention que les jeunes peuvent exploiter quotidiennement à l’internat sous la responsabilité de Soraya Bach-Difle (Conseillère principale d’éducation)  et de Nathalie Scol (Infirmière). Les « coachs » intègrent systématiquement lors de l’entraînement des temps courts visant le développement de la pleine attention. Quotidiennement nous pouvons estimer que les jeunes pratiquent la pleine attention plus de dix minutes réparties en plusieurs temps de la journée.

Investissement et formation du staff pédagogique et technique. Chaque temps d’atelier est suivi par le staff technique et pédagogique qui pour une bonne partie d’entre eux a déjà suivi une formation à la pratique de la pleine attention. Pour plus de détails sur cette expérience voir le lien avec l’article suivant :

https://agepsraymondbarbry.wordpress.com/2016/04/30/la-pleine-attention-en-college-temoignage-dune-experimentation/).

L’atelier est filmé, ce qui en facilite la réappropriation par les responsables pédagogiques dans les temps entre deux ateliers.

Une priorité novatrice du projet d’établissement. Sous l’impulsion de Nathalie Scol, de Soraya Bach-difle – déjà citée plus haut –  et du Principal adjoint, c’est une partie de l’équipe pédagogique (enseignants, éducateurs) qui depuis l’an dernier se forme aux pratiques de pleine attention pour l’intégrer dans les temps de classe ou de vie scolaire (internat).

Raymond Barbry le 24 novembre 2016

Le bien être…ça s’apprend !

Le bien être cela s’apprend. Ce n’est pas un hasard si actuellement je suis de plus en plus sollicité pour des demandes de formation ou d’accompagnement (coaching) sur cette question..

Il y a eu la question de l’attention-concentration pendant cinq ans. La suite logique, le bien être. Les publications de Richard Davidson et de bien d’autres chercheurs vont la plupart dans ce sens.

L’attention-concentration étant un des piliers du Bien être avec, la résilience, la générosité, la manière de voir la vie…Pour aller plus loin voir cet article de Richard Davidson (un des spécialistes de cette question..).

http://www.rezozen.com/articles/fiche/195/Le-bien-etre-se-met-en-quatre-par-Richard-Davidson