Propos sur l’éducation de Pierre Rabhi.

C’est dans l’entretien que Pierre Rabhi a donné à Rachel et Jean-Pierre Cartier (Pierre Rabhi : le chant de la Terre – éditions la table ronde 2012) que j’ai trouvé ces propos que je partage.

Nous vivons dans un mode de peurs : « Disons un mot de la peur, puisque nous y sommes. Ce qui est terrible, sait qu’elle fait vendre du papier. Les médias, tout comme les hommes politiques, savant en jouer avec une terrible efficacité ».

Il nous faut sortir d’une éducation qui transmet les peurs aux enfants et aux jeunes : « Regardez les enfants aujourd’hui ; dés qu’ils vont à l’école, et ils y vont de plus en plus tôt, ils commencent à être angoissés. On leur présente le monde comme un lieu où ils vont en baver, où il va falloir lutter pour gagner, pour gagner du pouvoir et de l’argent s’ils veulent être des humains dignes de ce nom. Ne vous étonnez pas qu’ils soient angoissés ! Alors qu’il faudrait les accueillir en disant qu’ils sont les bienvenus, que chacun est le complément de l’autre, que la solidarité est plus importante que la compétitivité. Si vous ne leur apprenez pas cela, vous les angoissez et vous les lancez dans un processus de domination.

Arrêtons de terroriser et osons dire ce qui va bien : Surtout, il faut arrêter de les terroriser. Si un portique tombe dans une cour de récréation, on va en parler dans les journaux et à la télévision, mais on s gardera bien de faire remarquer qu’il y en a des milliers d’autres qui restent debout. J’aimerais que, de temps en temps, les journaux, les radios et les télévisions nous disent ce qui va bien. Alors nous cesserions peut être de vivre et de faire vivre nos enfants dans le drame et la tragédie.

Osons parler du sacré : « Moi, je n’hésite pas à parler du sacré. Au début je ne savais comment m’y prendre, je voulais ménager la chèvre et le chou. Maintenant au cours de mes conférences, dans mes livres, je suis obligé d’en parler. C’est une nécessité vitale. Je suis de plus en plus persuadé que l’on ne peut pas séparer le spirituel de la vie. Je souhaiterai même que le moindre élément de la société soit spiritualisé ».

L’équité une valeur première : « Chaque être humain, même le plus modeste, doit être reconnu dans sa dignité. Chaque être a un rôle à jouer, chaque être est important. Si on reconnaissait cela, alors oui, on pourrait parler d’un fantastique progrès !

Une réponse à “Propos sur l’éducation de Pierre Rabhi.

  1. Pingback: MISES et RE-MISES EN QUESTION(s) | Pearltrees

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s